Essai Laguna GT
Le châssis des cimes
Le châssis des cimes

Avec la sortie de Laguna 3, Renault met en jeu tout son savoir faire en terme de qualité et d’innovation. Son président Carlos Ghosn ambitionne même de placer cette berline dans le top 3 de sa catégorie en terme de qualité de produit et de service. Il est donc question de bousculer les BMW série3, Audi A4 et autre Mercedes Classe C. Même si Laguna 3 n’a pas eu les éloges qu’elle attendait en matière de design extérieur, sa version break par contre s’offre les honneurs pour sa silhouette réussie. Renault, poursuivant son chemin d’innovation propose maintenant une Laguna 3 à châssis à quatre roues directrices, pour se placer confortablement au milieu des berlines sportives. (De notre envoyé spécial en Corse, Hamid A)

Elle s’appelle Laguna GT (Grand Tourisme), elle inaugure un châssis inédit développé dans les laboratoires de Renault Sport Technologie et dispose de deux motorisations exclusives de 180 et 205 ch. Renault nous a fait profiter de deux jours d’essais à bord de ce rigoureux bolide en Corse et les sensations étaient bien au rendez-vous.

Avec l’arrivée de l’ESP, les quelques voitures qui disposaient de quatre roues directrices (en système mécanique) délaissaient rapidement (et logiquement) cette offre. Plus évolué et reposant sur un système électronique, Renault se place en conquérant avec l’adoption de la nouvelle Laguna d’un nouveau châssis à quatre roues directrices appelé Active Drive (4RD). Le losange ajoute donc une nouvelle offre dans ce segment après que Laguna 3 s’est vu écoulée à plus de 42000 exemplaires dans plus de 30 pays dans un segment automobile plutôt morose. Cette situation n’a pas empêché la version Estate d’opérer une pénétration de 6% du segment M2 en Europe occidentale rien qu’au mois de février.

Si la Renault Laguna est réputée pour son compromis réussi entre comportement routier est sécurité à bord, la Laguna GT ajoute son grain de sel à l’équation grâce à une efficacité irréfutable.

La silhouette de Laguna arbore à l’occasion de sa sortie en version sportives des signes distinctifs lui procurant un plus de dynamisme. La ligne expressive et racée de cette berline accueille une grille caractéristique des modèles les plus dynamique de la marque. Le regard retouché (sportivité oblige), la face avant intègre deux ouïes latérales et des projecteurs à masque noir. Chaussée en pneumatique à la formule 1 de chez Bridgestone (225/45 de 18 pouces), les roues de Laguna disposent de disques de frein de 320 mm de diamètre à l’avant et 300 mm à l’arrière ce qui lui assure une efficacité supplémentaire sur l’asphalte. A l’arrière, Laguna dispose de deux sorties d’échappement sport et de feux arrière fumés.

A l’intérieur, la qualité perçue des matériaux de l’habitacle est frappante, elle renforce le sentiment de bien être mais aussi de sécurité. Comme nous sommes dans une routière sportive, les concepteurs de Renault Laguna GT ont ‘’dynamisé’’ son habitacle par des aspects purement sportifs comme le volant à méplat 3 branches sport recouvert de cuir à crantage surpiqué de gris. Le logo GT prend place sur les dossiers des sièges avant qui disposent de maintiens latéraux renforcés Passé les descriptions traditionnelles du design de cette berline, il était question pour nous de découvrir cette GT à châssis sport sur les magnifiques routes sinueuses de Corse au milieu de paysages paradisiaques.

Une fois au volant, bien cramponnés aux sièges, la Laguna GT s’offre à nous et commence à se donner au jeu des accélérations et des reprises. A bas régime (à moins de 60km/h) cette berline nous dévoile déjà les premières sensations du châssis Active Drive à quatre roues directrices. A cette vitesse, les roues arrière braquent dans le sens opposé de celles du train avant, une position qui permet au châssis d’assurer des manœuvres aisées. Ce qu’il y a lieu de retenir à ce régime de roulage, c’est que la maniabilité du volant devient moins contraignante lors des virages en rues et ruelles car ce système permet de manier superbement la voiture par le diamètre de braquage diminué et des angles volant réduits assurés par une direction plus directe et paramétrée. Chez Renault l’on annonce que l’angle maximum de braquage des roues arrière est de 3.5°. Un diamètre qui est réduit de 10% par rapport à la version (2RD). A ce stade, cet angle de braquage est identique à celui d’une Clio.

Pratiquement, la première sensation lorsque l’on roule avec une Laguna GT à bas régime, c'est-à-dire en plein ville ou lors des sorties de parking est l’effort au volant qui est sensiblement réduit, on sens que le véhicule réalise ce qu’on lui demande en matière de direction sans qu’il soit trop exigeant en matière de déploiement d’efforts par le conducteur. Mais pour mieux expliquer cette nouveauté, il faut aller chercher les détails dans l’explication technique des ingénieurs de Renault. En effet dès que le braquage des roues avant et arrière est additionné, le système 4RD opère une réduction de la démultiplication du volant de direction et à ce moment là, Laguna GT nécessite 13.5° au volant pour braquer la roue de 1° alors qu’il en faut 16° sur Nouvelle Laguna (sans châssis Active Drive) pour obtenir le même résultat. Au final, nous bénéficions au volant de Laguna GT d’une plus de sensation de maniabilité et d’agilité et pour les mêmes virages, nous utilisons moins d’efforts au volant de la sportive de Renault.

Sortis de la ville, il nous est enfin possible de ‘’piloter’’ Laguna GT. Dépassant les 60 Km/h, le braquage des roues arrière redevient dans le même sens que celui des roues avant, une situation qui se traduit pratiquement sur la précision de la direction qui devient ‘’millimétrée’’ avec la multiplication des virages. Les voyages avec Laguna GT ne manquent pas de piment.

Même à vitesse élevée, Laguna GT profite parfaitement du châssis Active Drive qui nous procure un sentiment de stabilité rassurant, les virages ne nous semblent pas aussi dangereux que dans une autre berline. Bien cramponnée au bitume grâce au train arrière qui est instantanément callée sur la trajectoire idéale. La force centrifuge qui, traditionnellement fait chasser le train arrière lors des virages, est totalement contrée avec le châssis Active Drive de Laguna GT. L’apport de ce châssis à quatre roues directrices est perceptible dès que l’on entame les routes sinueuses ce qui procure aux passagers sérénité et plaisir de pilotage au conducteur. Laguna GT roule sur des rails

Equipé dans un premier temps d’une motorisation diesel proposé ave une puissance exceptionnelle de 180 ch à 3750 tr/mn (avec un couple de 400 Nm à 2000 tr/mn), le 2.0 dCi se fait très discret mais aussi puissant et disponible dès les bas régimes. Ce moteur qui équipait la version Estate de Laguna GT nous a ébranlé par sa vivacité qui permet à Laguna GT de parcourir le kilomètre départ arrêté en 29,6 secondes seulement (0 à 100 km/h en 8,5 secondes). Sa consommation moyenne en cycle mixte est de 6,5 litres /100 km.

Sur la version berline de laguna GT, une motorisation essence prend place sous le capot. Il s’agit de la déclinaison sportive du 2 litres turbo 16 soupapes qui développe 205 ch à 5000 tr/min et 300 Nm disponibles dès 3000 tr/min. Tonic à souhait, ce moteur est l’un des plus féroces sur ce type de berline, il est issu de la technologie de Mégane Renault Sport, mais ‘’retravaillé’’ pour Renault Laguna GT. Les résultats ne se font pas trop attendre, il propulse Laguna GT avec une étonnante tonicité et une réactivité quasi instantanée. Chez Renault l’on annonce que la fermeté et la vivacité des montées en régime de ce moteur ont été rendues possibles grâce à un travail sur l’admission d’air, et l’utilisation d’un turbo à double entrée (Twin scroll Turbo) réduisant le temps de réponse. Sur un autre chapitre, il est a été vérifié que Renault Laguna GT 2.0T accélère de 0 à 100 km/h en 7,8 secondes et parcourt le 1000 mètres départ arrêté en 28 secondes. La consommation de ce moteur est annoncé à 8,2 litres / 100 km en cycle mixte.

Sur les deux modèles d’essais, Laguna GT procurait des sensations de conduite exceptionnelles favorisé par l’arsenal d’équipement dont disposent ces modèles destinés à assurer un plaisir de pilotage mais aussi une sécurité sans faille, elle qui a obtenu 5 étoiles aux tests Euro Ncap. Taillée pour les grands voyages, Laguna GT offre évidement les élémentaires équipements de confort et même plus. L’on retrouve les équipement haut de gamme de la marque tel le triple automatisme Soft-Auto-Fast de la climatisation régulée bi-zone à recyclage automatique par capteur de toxicité. Au volant le conducteur de Laguna GT bénéficie du frein de parking assisté, du limiteur-régulateur de vitesse et allumage automatique des feux et des essuies-vitre. En matière de sécurité passive, la nouveauté sur cette sportive concerne la protection au choc latéral, avec un double capteur associé aux doubles airbags latéraux thorax-bassin de nouvelle génération.

Globalement, la Laguna GT qui ne délaisse en rien tout les avantages apparus sur Nouvelle Laguna, apporte des réponses claires aux férus des sensations fortes au volant. Avec des motorisations affûtées, une finition irréprochable et un châssis Active Drive à quatre roues directrices, lagune GT n’aura pas de mal à s’imposer face à une concurrence, certes sérieuse, mais qui manque d’un atout innovant sur le marché : le châssis à quatre roues directrices.

Le châssis Active Drive en détails

Le châssis Active Drive, développé conjointement avec les équipes Renault et Renault Sport Technologies repose sur un système qui assure un pilotage électronique de la dynamique du véhicule. En effet, le capteur situé sur la colonne de direction envoie l’information d’angle volant à un calculateur 4RD. Situé au niveau du train arrière, ce dernier récupère également la vitesse du véhicule en provenance du bloc ESP/ABS. Le calculateur est également capable de comparer les valeurs d’angle au volant dans le temps ce qui lui permet de détecter des fortes vitesses volant, synonymes de conduite sportives ou de situations d’évitement. Selon les paramètres recueillis, le calculateur va donner l’ordre adéquat de braquage des roues arrière au vérin de l’actionneur électrique, implanté sur l’essieu arrière. La modélisation précise du comportement dynamique du véhicule permet à chaque instant de contrôler la mise en trajectoire idéale, à partir des informations issues de la demande du conducteur et de la situation réelle du véhicule. Calculateur et actionneur électrique sont fournis par Aisin, équipementier japonais réputé pour son expérience dans le domaine des 4 roues directrices.
Partage sur Twitter Partage sur Facebook Partage sur Google Plus Commenter Version imprimable Envoyer par email à un ami

Commentaires (0 posté) :

Postez votre commentaire
Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:
Droit de reproduction et de diffusion réservés © 2015 Melo Media Eurl
Nos portails : MobileAlgerie.com : Le portail de l'actulité des nouvelles technologies en Algérie | www.auto-utilitaire.com
Site partenaire : forumdz.com
Conception et Hébergement par DATAFIRST Technology