Affaire Tahkout : plus de 500 véhicules non déclarés saisies

200

Les services de la sûreté nationale ont saisi, le week-end dernier, des biens de l’ancien homme d’affaires, Mahieddine Tahkout qui fait l’objet de poursuites judiciaires, d’une valeur globale de 1000 milliards de centimes non déclarés aux instances judiciaires, a indiqué lundi la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN).

La DGSN a diffusé une vidéo montrant des biens de l’ancien homme d’affaires Mahieddine Tahkout qui ont été saisis, la semaine dernière, par les services de la sûreté nationale représentés par le service central de lutte contre le crime organisé et le service de wilaya de la police judiciaire de la sûreté d’Alger.

Suite à un mandat de perquisition délivré par le parquet compétent, il a été procédé à cette saisie au niveau d’entrepôts situés dans les communes de Réghaïa, Ouled Fayet, Dar El Beïda et Staoueli (Alger) ainsi qu’un entrepôt dans la wilaya de Béchar.

Ces biens ont été dissimulés par des membres de la famille et des proches de Mahieddine Tahkout et n’ont pas été déclarés aux juridictions compétentes, en vue de procéder à leur transfert et à leur vente de manière clandestine, précise-t-on de même source.

La perquisition s’est soldée par la saisie de « 507 véhicules, dont 267 véhicules touristiques de luxe et 84 camions de différentes marques, de jet-skis, de bateaux de plaisance et de motos de luxe ».

Plus de 800 cartons de pièces détachées automobiles et 30 conteneurs comprenant 63 nouveaux moteurs d’autobus ont également été saisis.

La valeur globale des biens saisis s’élève à près de mille (1000) milliards de centimes, selon la DGSN qui précise qu' »une partie des véhicules était dotée de fausses plaques d’immatriculation et qu’une autre partie était en cours de régularisation administrative, avec la complicité de fonctionnaires de l’administration ».

Sont impliqués dans cette affaire 24 suspects, dont des membres de la famille et des proches de Mahieddine Tahkout qui ont été présentés devant le parquet compétent pour « dissimulation de produits du crime issus de crimes de corruption, blanchiment d’argent et dissimulation de produits du crime, conclut la même source.