Industrie automobile en Algérie : les constructeurs Japonais en approche

91

Le ministre de l’Industrie, Ahmed Zaghdar a reçu, dimanche à Alger, le ministre délégué auprès du ministre des Affaires étrangères japonais, Kenji Yamada, avec lequel il a évoqué l’état des relations économiques bilatérales et les voies et moyens de leur développement dans le cadre des relations économiques basées sur l’investissement et le partenariat selon le principe gagnant-gagnant.

Au terme de l’audience qui s’est déroulée au siège du ministère, en présence de l’ambassadeur du Japon à Alger, Akira Kono, M. Zaghdar a affirmé que la rencontre était « très fructueuse », ajoutant que les entretiens ont porté sur plusieurs domaines, notamment sur l’investissement dans le domaine industriel.

Le ministre a également indiqué que la rencontre a été l’occasion d’expliquer et de présenter le contenu de la nouvelle loi sur l’investissement et les réformes engagées par le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, soulignant que l’Algérie « attire désormais tous les Etats, dont le Japon ».

M. Zaghdar a, en outre, fait état d’une initiative qui consiste à « tenir des rencontres bilatérales et des concertations, en vue d’inciter les entreprises japonaises à investir (en Algérie) dans plusieurs domaines, notamment l’industrie pharmaceutique, l’industrie automobile ou dans les industries énergétiques ».

De son côté, le ministre délégué japonais a fait part de l’intérêt exprimé par plusieurs entreprises japonaises en vue d’investir en Algérie, notamment dans les domaines de l’industrie mécanique, particulièrement l’industrie automobile, de la fabrication des médicaments et de l’énergie, indiquant qu’elles se préparent à se conformer aux nouvelles dispositions nécessaires à l’accès au marché algérien.

Le responsable japonais a affirmé la volonté de son pays de renforcer la présence de ses entreprises en Algérie, notamment au vu de sa position stratégique permettant l’accès aux marchés africain, européen et arabe.

Il a également exprimé la disposition de son pays à doubler d’efforts en vue de promouvoir les relations bilatérales entre les deux pays, en particulier dans le domaine économique.