La touche du pays des samouraïs

8674

Très appréciée par les entreprises et les pères de famille, la Nissan Sunny Classic, véhicule raffiné et moderne a su tirer son épingle du jeu en se faufilant parmi les berlines européennes les plus prestigieuses. Imbattable en matière de rapport qualité/prix, elle ne cesse de marquer des points auprès des automobilistes algériens notamment ceux friands de la marque Nissan. Afin de vous transmettre les sensations vécues à bord de ce véhicule de fabrication japonaise, nous avons testé la version essence (entrée de gamme) équipée du 1.3l ess de 87 ch sur les routes ouest de la capitale et aussi dans les petites ruelles de la localité balnéaire de Zéralda. (Par M.Mohamed)

Au premier coup d’œil, l’avant de la Nissan Sunny Classic arbore une largeur moyenne de son capot, au bout duquel loge le logo de la marque. Des optiques nouvellement dessinées et une large prise d’air trouvent également leur place à l’avant.

< Sympathique, la Sunny ne déborde pourtant pas d’originalité. Si son esthétique semble plaire, on ne peut dire qu’elle fasse retourner les têtes à tous les coins de rue. Mais l’ensemble est homogène. L’arrière de la Sunny ne diffère pas grand chose vis-à-vis de la précédente version, les designers Nissan n'ont pu apporter de grands changements en originalité, par contre on pourra dire qu'ils ont emmêlé les crayons. Côté gabarit, la Sunny se trouve dans la moyenne de sa segmentation avec des dimensions affichant 4,49 m de long, 1,69 de large et 1,44 de hauteur pour un empattement qui atteint 2,53 m. A l’instar des places arrières où les passager pourront se mettre à leur aise, le coffre de la Sunny de 430 litres est volumineux et est l’un des plus vastes de sa catégorie.

Moteur

Bien connu, le petit 1.3 l de 4 cylindres en ligne qui équipe la Sunny dans sa déclinaison la plus simple développe 87 chevaux à 6.000 tr/min. Inutile d’en attendre des performances décoiffantes, avec de telles caractéristiques. Le petit bloc essence se montre tout juste suffisant.
Il ne faut pas hésiter à retaper un, voir deux rapports, pour relancer l’engin plus énergiquement. Il n’empêche que ce petit moulin finit quand même par convaincre, grâce à son silence de fonctionnement et sa linéarité, même s’il faut de préférence attendre 6.000 tr/min pour avoir un surcroît de vitalité. La boîte à 5 rapports est très agréable. Ferme et précise, c’est un régal de la manier. La consommation reste raisonnable, même si l’on pouvait s’attendre à mieux avec une si petite cylindrée.

Tenue de route

L’engin est sûr avec des réactions saines et logiques aux gestes de conduite. Il est vrai que la faible puissance du moteur ne risque pas d’affoler les liaisons au sol. La direction, en dépit de son assistance, donne un bon rendu, ne coupant pas le rapport homme- machine.

La suspension n’est clairement pas destinée à un usage sportif, mais elle freine plutôt bien les mouvements de caisse et se montre tolérante envers les passagers. Au cours des essais sur route, la voiture s’est révélée très dynamique et extrêmement vivace. Pour freiner les ardeurs, le système de freinage se montre efficace, avec une endurance et une puissance au-dessus de tout soupçon.

Confort

Sur ce chapitre, les suspensions du véhicule sont remarquables, ce qui permet d’envisager de longs voyages sans restrictions. L’habitabilité est très convenable, tant à l’avant qu’à l’arrière. La position de conduite est bonne, mais ici encore, on aurait aimé une plus grande amplitude de réglage en ce qui concerne l’abaissement du siège. Mais on finit par s’habituer, d’autant plus que les autres commandes tombent idéalement sous la main. Et en plus, on ne peut pas demander à un véhicule classé dans l’entrée de gamme du modèle le confort d’un Murano. Pour les finitions, la Sunny Classic est proposée avec du tissu de moyenne facture et des plastiques proprement dit.

Du plastique rien que du plastique, la planche du bord est restée inchangée comparativement à la précédente version. L’on remarque une abondance de plastiques, néanmoins cette même matière a été bien assemblée. Empruntés à sa devancière les compteurs sont lisibles et les commandes relativement simples.

De série sur la plus petite version, la Sunny offre une direction assistée, l’air conditionné, une radio K7, le verrouillage centralisé des portières et l’ouverture de la trappe à essence de l’intérieur. Monter en gamme fait logiquement grimper l’équipement.

Enfin, sur le plan de la sécurité, la Nissan Sunny ne dispose que d’un airbag conducteur et un système antivol. En conclusion, si les performances ne sont pas exceptionnelles, l’agrément et la vie à bord de la Sunny restent réels et, surtout, le produit est japonais.

Par ailleurs, en outre la motorisation 1.3l ess de 87 ch sujet de notre article, la Sunny est également disponible chez le réseau Nissan Algérie en version 1.6 ess de 107 ch.