Les infrastructures routières doivent être un vecteur de développement économique

1553

Les infrastructures routières doivent être un vecteur d’investissement et de développement économique, outre leur impact social lié au désenclavement des différentes régions du pays, a indiqué mardi à Tizi-Ouzou le ministre des Travaux publics, Abdelkader Ouali.

Lors de la présentation de l’étude du projet de la voie express Est-ouest de Tizi-Ouzou, devant relier la daïra de Ain El Hammam à celle de Draâ El Mizan, M. Ouali, a souligné que le tracé de cette route « doit prendre en compte, en plus du souci du désenclavement, les opportunités d’implantation d’investissements. »

« Ce tracé nous permettra d’avoir une meilleure visibilité sur la possibilité de création de petites zones liées à l’activité agricole d’élevage et de transformation », a-t-il affirmé.

Les zones intermédiaires des projets routiers, a-t-il dit, représentent, entre autres, des zones de stockage, de ports sous douane, des espaces de transformation et industriel, précisant que « tous ces espaces intermédiaires doivent être éligibles à des activités économiques, car la route est appelée à accompagner et à favoriser l’implantation de petits investissements liés au savoir faire local ».

Les projets du secteur des travaux publics, –inscrits au profit de Tizi Ouzou au titre du programme présidentiel de soutien à la relance économique lancé à partir de la wilaya –qui souffrait d’un problème d’enclavement en raison de son relief montagneux et de la saturation de certains axes routiers à l’instar de la RN 12 qui la relie à la capitale–, ont permis de répondre aux attentes de la population en assurant le désenclavement et en décongestionnant la RN 12.

 » Les 200 Km de projets de réalisation et de réhabilitation du réseau routier de la wilaya de Tizi Ouzou, réalisés durant ces 15 dernières années a eu pour conséquences le développement du tissus urbains notamment en zone rurale, mais aussi le développement d’autres secteurs à travers notamment l’extension des réseaux de gaz naturel, d’électrification rurale et d’eau potable », a soutenu le ministre.

M. Ouali a également appelé les autorités locales et les investisseurs à accorder une importance particulière pour la région côtière de Tizi Ouzou, qui dispose de deux port à Azeffoune et Tigzirt, deux infrastructures qui vont permettre de « donner une nouvelle orientation économique pour cette wilaya qui doit s’intéresser un peu plus à sa côte maritime et aux investissements qui peuvent y être développés autour du secteur de la pêche ».

Le ministère des Travaux publics « s’inscrit dans cette démarche qui vise à faire de Tizi-Ouzou une station attractive pour les investisseurs pour lui assurer une ouverture économique ».

Durant sa visite, le ministre qui a inspecté le chantier de la pénétrante vers l’autoroute Est-ouest, au niveau de Draâ El Mizan et après constat de la faiblesse des moyens mobilisés, a instruit le bureau en charge de l’étude d’exécution de ce projet de remédier à cette situation, dans un délai de 25 jours.

Le bureau d’étude s’est engagé à se faire assister de deux autres bureaux d’étude qui lui permettront de rattraper le retard.

Le ministre a procédé durant sa visite à la mise en service officielle du tronçon de la voie express Tizi Ouzou-Chaib (Mekla) sur 8 Km, et de la déviation d’Azazga sur 8,5 KM. Il a par ailleurs inspecté projet de protection du rivage de la ville d’Azeffoune, de l’échangeur de Sidi Naamane et du chemin communal d’Aghribs. (APS)