Renault mis en examen pour « tromperie » dans l’affaire du Dieselgate

36

Le constructeur français Renault vient d’être mis en examen pour motif de « tromperie » dans l’affaire du Dieselgate. Le losange pour sa part assure n’avoir commune aucune infraction.

Renault vient d’annoncer par son propre communiqué de presse avoir été mis en examen pour tromperie ce mardi 8 juin 2021 dans le cadre de l’affaire du Dieselgate du groupe Volkswagen, après qu’une information judiciaire ait été ouverte en France le 12 janvier 2017.

Dans le détail, c’est l’état français qui après l’éclatement de l’affaire du Dieselgate au sein de Volkswagen en 2015, a demandé à la DGCCRF d’enquêter sur plusieurs constructeurs en France. Le losange présente ainsi des écarts d’émissions polluantes importants, sur des modèles testés en laboratoire et en conditions réelles.

Après ces tests constants d’importants écarts d’émissions polluantes, une information judiciaire a été ouverte en janvier 2017, pour le motif : « tromperie sur les qualités substantielles et les contrôles effectués, avec cette circonstance que les faits ont eu pour conséquence de rendre les marchandises dangereuses pour la santé de l’homme ou de l’animal ».

Quatre ans après l’ouverture de cette information judiciaire, Renault est donc mis en examen lui reprochant d’utiliser des dispositions qui ne fonctionneraient pas toujours. Le losange pour sa part conteste avoir commis la moindre infraction assurant qu’il n’y a jamais eu de logiciel fraudeur dans ses véhicules.