Reprise du trafic ferroviaire voyageurs et marchandises

1661

Le trafic ferroviaire a repris jeudi soir après quatre jours de grève nationale des cheminots qui revendiquaient le paiement de 36 mois de rappel sur salaires, a-t-on constaté vendredi à la gare de l'Agha, à Alger.

« Les cheminots ont repris le travail. Ce (vendredi) matin, nous sommes en train de normaliser le trafic ferroviaire de voyageurs et de marchandises sur l’ensemble du territoire national », a assuré à l’APS le secrétaire général de la section syndicale de la gare de l’Agha (centre d’Alger), Abdelhak Boumansour.

Interrogé sur la raison de cette reprise, M. Boumensour a répondu: « Nous avons obtenu gain de cause. Nous avons arraché le principe du paiement des 36 mois de rappel sur salaires à l’ensemble des agents de la SNTF ».

 »La direction générale s’est également engagée à ouvrir des négociations avec le partenaire social sur les modalités de leur versement », a-t-il ajouté.

Après deux heures de négociations jeudi (15h-17h), la direction générale de la Société nationale des transports ferroviaires (SNTF) et la fédération nationale des cheminots ont signé un protocole d’accord pour la prise en charge de la revendication des travailleurs, a expliqué le syndicaliste.

« Les négociations menées entre la DG de la SNTF, la fédération nationale des cheminots, les sections syndicales, en présence de deux cadres du ministère des Transports, ont abouti à l’acceptation par la direction générale du paiement des rappel des 36 mois », stipule ce protocole.

« Les modalités de paiement (des rappels) seront arrêtées dans le cadre des négociations qui seront engagées entre les deux parties à compter du dimanche 30 mars 2014 », ajoute la même source.

Cette grève des cheminots a complètement perturbé les déplacements de dizaines de milliers de travailleurs et voyageurs, habitués à prendre le train pour leurs déplacements et éviter les embouteillages sur les routes.

Pour rappel, les travailleurs de la SNTF ont entamé leur débrayage dimanche à minuit à la suite du mot d’ordre d’une grève « nationale et illimitée » lancé par leur syndicat qui revendiquait le versement de 36 mois de rappel sur salaires à 12.000 agents.