Une dizaine de projets bientôt opérationnels

2510

Près d'une dizaine de nouveaux projets relevant de l'industrie mécanique sont entrés en phase de production a affirmé, jeudi dernier à Alger, le président du directoire de la Société de gestion des participations « Equipements industriels et agricoles » (SGP Equipag), Bachir Dehimi. « Ces projets lancés en partenariat avec des leaders mondiaux de la construction mécanique sont en phase d'entrée en production », a-t-il déclaré sur les ondes de la radio nationale, soulignant que l'industrie mécanique nationale devrait connaître à moyen terme une nette relance de ses activités.

Il a cité ainsi le projet liant la Société nationale des véhicules industriels (SNVI) à la firme Mercedes qui prévoit la production de 16.500 camions et autobus par an.

Il a également évoqué le démarrage de l’usine de tracteurs à Constantine en association avec le groupe américain Massey Fergusson qui doit produire près de 5.000 unités /an. Un autre complexe industriel implanté à Tiaret est également en phase de démarrage pour la production de près de 8.000 véhicules tout terrain/an a-t-il ajouté.

Parmi les autres projets importants relevant de la filière mécanique, M. Dehimi a cité l’unité de production  de 25.000 moteurs/an de marque Daimler, Deutz et Mtu, le projet industriel pour la production de 500 engins de travaux publics (en partenariat avec l’allemand  Liebherr) et le démarrage d’une unité de production de moissonneuses batteuses (1000 unités/an) en partenariat avec une entreprise finlandaise.

Le président du Directoire de la SGP Equipag a relevé que tous ces projets sont réalisés dans le cadre d’une co-production. «Les équipements sont fabriqués  avec la garantie et  le label de qualité du constructeur », a-t-il précisé.

Evoquant le projet de réalisation d’une unité véhicule avec le constructeur français Renault, M. Dehimi  a confirmé que la première voiture Renault Algérie de marque Symbol sortira des ateliers de l’usine de Oued Tlelat près d’Oran au mois de novembre prochain. « La production de véhicules connaîtra une montée en cadence passant de 25 000 à 75 000 véhicules/an à moyen terme et générer ainsi près de 4000 emplois directs » a-t-il indiqué.

Concernant le taux d’intégration de l’industrie mécanique algérienne, M. Dehimi a souligné que celui-ci devrait connaître dans les prochaines années une progression importante.

Il ainsi expliqué que ‘le développement d’une chaîne de sous traitant locaux homologués par les grands groupes internationaux de l’industrie mécanique constituait un défi majeur qu’il convient impérativement de relever ». « Cette homologation constitue une voie royale pour conquérir des marchés à l’exportation », a -t-il soutenu. (APS)