2013 devrait être une très belle année pour Renault Algérie

7679

A la tête de la filiale Algérienne de Renault depuis près d’une année, M.Josselin nous relate dans cette première interview accordée à notre site ses ambitions pour 2013 avec le renouvellement de certains modèles des marques Renault et Dacia. Il confirme au passage le bon déroulement des préparatifs techniques de l’usine automobile de Renault en Algérie.

Auto-utilitaire.com : -Pouvez-vous nous dresser un bilan de l’activité automobile en Algérie et plus particulièrement des résultats de Renault Algérie ?
 
– Guillaume Josselin : On continue à avoir un marché en croissance à deux chiffres,  cette forte croissance par rapport à l’année dernière est principalement liée à l’effet millésime et aux commandes que Renault et l’ensemble des concurrents ont enregistrés sur les mois de novembre et décembre et qui ont été livrés sur le premier trimestre.  Cependant on constate depuis quelques semaines un ralentissement de la fréquentation des showrooms et je pense que le marché est sur une tendance plutôt au ralentissement avec probablement un effet d’érosion, de mesures de soutien qui avaient été prises l’année précédente et qui arrivent finalement à terme. Voilà, le marché va plutôt au ralenti  mais reste quand même sur une tendance à un niveau assez élevé.

En ce qui concerne Renault Algérie, c’est un très beau début d’année, on avait bien terminé 2012, et 2013 s’annonce sous les mêmes hospices avec l’effet du renouvellement de la gamme ; Clio qui a été lancée au mois de décembre réalise de beaux chiffres, il y a eu également le lancement de la nouvelle Symbol, et cela devrait continuer puisque il y a le lancement du nouveau Kangoo et puis ensuite, dans la foulée, la nouvelle Dacia Logan et puis Captur à l’été prochain. Donc, je pense que ce sera une très belle année pour Renault Algérie avec un renouvellement complet de la gamme, qui prédit une belle performance.

– Clio 4 est lancée en Algérie depuis quelques mois, un modèle qui évolue dans un segment porteur où Renault Algérie vise la place du leadership ? Comment s’annoncent les ventes de ce modèle ?
  
– Je crois que nous avons ici un très beau lancement, la voiture plait et on le mesure auprès des clients dans les showrooms qui plébiscitent en premier lieu son design et puis la technologie embarquée notamment Media Nav, les motorisations, la tenue de route également…

On a franchement des retours positifs à la fois de notre réseau et des clients et ça se traduit évidemment au niveau des commandes. Le challenge de la Clio 4 cette année est de reprendre la première place dans son segment, elle évolue effectivement dans un segment très, très important en Algérie.

– Après Clio 4, Renault Algérie est très présente dans un autre segment, celui des berline tricorps qui enregistre plus de 50% des ventes de la marque en Algérie notamment avec les modèles « Symbol et Dacia Logan », qui sont aujourd’hui complètement renouvelées. Comment voyez-vous l’avenir de ces deux modèles dans un marché devenu très concurrentiel notamment avec l’arrivée des modèles issues du groupe PSA ?

– Effectivement, ce segment qu’on appelle M0 dans le jargon marketing, celui des petites berlines familiales tricorps, où  nous étions leaders depuis des années, est un segment qui pèse à peu près un tiers du marché en Algérie ce qui le rend très important pour tous les constructeurs.

C’est vrai qu’aujourd’hui la concurrence est plus rude, il y a une offre plus importante notamment chez nos concurrents et amis de PSA avec des produits très intéressants. Maintenant, je pense que nous avons de quoi répondre à la concurrence avec, effectivement, d’abord, Symbol qui est déjà commercialisée, et puis Logan, donc nous offrirons deux produits différents dans ce segment de quoi le couvrir de manière optimale plutôt sur la partie base du segment avec Logan, et sur la partie haute avec Symbol.

Je dirais après que le meilleur gagne, la concurrence ne nous fait pas peur, au contraire, elle nous stimule donc rendez-vous à la fin de l’année pour voir qui remportera le leadership de ce segment.

– Nous avons tendance à parler énormément du marché des véhicules particuliers et des performances des ventes enregistrées ces derniers mois. Qu’en est-il de la gamme des véhicules utilitaires et transformés de la gamme Renault ?

– On parle beaucoup des véhicules particuliers, et je trouve qu’on ne parle pas suffisamment des véhicules utilitaires dont le marché est très important pour Renault et  partout dans le monde. Le savoir faire du losange est connu et reconnu auprès des professionnels sur les véhicules utilitaires. A titre d’exemple en Algérie, nous sommes largement leaders du segment des fourgons avec « Master » qui est un grand succès avec plus de 8000 ventes réalisées l’année dernière, avec également le « Trafic » et puis maintenant le lancement de Kangoo VU restylé qui a aussi pour objectif d’être leader de sa catégorie, donc c’est un segment qui est vraiment très, très important pour nous parce qu’il concerne une clientèle  professionnels qui est particulièrement exigeante, qui roule beaucoup et il est important pour nous de rester leaders dans cette catégorie. Je pense que c’est une illustration de la qualité, de la fiabilité des produits Renault donc c’est vraiment très important.

Et puis, effectivement nous avons aussi tous les véhicules carrossés que nous essayons de développer en Algérie notamment les Trafic ateliers, sur lesquels il y a une offre importante et nous essayons en outre de développer un réseau dénommé « ProPlus » dédié plus spécifiquement aux professionnels avec des services adaptés à leurs exigences, donc je dirai que nous allons continuer à travailler et  à  investir sur ce marché.

– Renault s’attaque à un nouveau segment, celui des Crossovers compacts avec le lancement de « Captur ». Comment comptez-vous capitaliser sur les qualités de ce véhicule pour pourvoir vous positionner sur un marché au potentiel non négligeable ?

– Il est  vrai que le segment des petits Crossover ou des petits SUV est en pleine croissance en Europe et c’est un segment qui explose. Pour ce qui est du marché algérien, il ne faut pas oublier qu’il s’agit d’un nouveau segment, donc on verra bien à quel niveau se situe la demande des clients et on s’y prépare, mais je pense que nous avons avec Captur un produit qui est particulièrement adapté, en reprenant notamment la plateforme de Clio 4 qui est une plateforme reconnue, qui possède aussi les avantages d’un petit monospace avec notamment de la modularité, un grand volume intérieur, un grand volume de coffre et puis d’un point de vue design, un look de SUV, une position de conduite légèrement surélevée, donc on a coutume de dire que sur ce type de segment le produit reprend le meilleur des trois mondes, celui des petites berlines familiales, celui des monospaces et puis celui des SUV.

Captur est un produit pour lequel nous avons beaucoup d’ambitions avec un design coup de cœur, qui plait au premier abord, et puis derrière ce design, parce que ce n’est pas qu’un design,  effectivement il y a beaucoup de fonctionnalités, beaucoup d’agréments à l’usage et nous avons vraiment de grandes ambitions, donc rendez-vous l’été prochain pour son lancement en Algérie et on verra comment ça marche, en se tiens prêts à répondre à la demande des clients.

– Les pouvoirs publics s’activent afin de mettre en place de nouvelles mesures sensées réguler le marché de l’automobile en Algérie notamment celle concernant la sécurité des usagers, en plus du projet de loi fixant les conditions et les modalités d’exercice de l’activité de commercialisation de véhicules automobiles neufs. Qu’en pensez-vous ?

– Je pense que toutes ces mesures dont on parle qui ne sont pas pour l’instant officialisées, vont toutes dans le bon sens, donc je pense que c’est extrêmement positif. Bien sur, tout ce qui concerne la sécurité, et le fait de renouveler le niveau de sécurité de l’ensemble des véhicules neufs qui sont commercialisés notamment via l’obligation de l’ABS ou du double airbags, ne peut qu’être bénéfique aux clients.

Le deuxième point qui concernerait une règlementation plus serrée, un encadrement plus rigoureux du marché, je pense que c’est également tout à fait positif  pour assainir le marché et faire en sorte que lorsqu’on distribue de l’automobile en Algérie, on offre aux clients l’ensemble des services qui vont avec et je pense notamment à la pièce de rechange et au service après vente. On fait beaucoup d’efforts pour avoir un réseau qui couvre l’ensemble du territoire, qui offre une qualité de service irréprochable aux clients et je pense que tout le monde devrait en faire autant, donc franchement, toutes ces mesures vont dans le bons sens, on les attend avec impatience.

– Renault est enfin présente en Algérie à travers un projet d’usine de production, la machine est aujourd’hui lancée et vous êtes le mieux placé pour pouvoir nous donner quelques éléments sur l’avancement des travaux d’installation de l’unité basée dans la ville d’Oran ?

– Effectivement, comme vous le disiez, la machine est lancée et je crois que c’est le bon terme, nous sommes maintenant entrés dans la phase opérationnelle, l’équipe est constituée, nous allons lancer les travaux sur le site d’Oran à partir du mois de septembre et derrière donc tout va s’enchainer selon un planning qui est extrêmement précis, très ambitieux aussi et qui devrait aboutir à la production du premier véhicule au environ de novembre 2014.

Pour l’instant, tout va bien, nous sommes parfaitement en phase avec le planning tel qu’il avait était prévu donc rendez-vous en septembre pour le lancement des travaux.