Eminemment professionnel

2756

Le prochain salon du contrôle technique automobile et de la prévention routière (SICTA 2006) sera éminemment professionnel révèle M. Ouchoua Rabah, l’un de ses principaux organisateurs. (Par Khaled Houari).

Ce salon qui aura donc lieu en automne prochain à Alger (du 13
au 16 novembre 2006) réunira donc tous les acteurs du secteur automobile
toutes catégories confondues. Notamment les professionnels de la sécurité et
de la prévention routière.Surtout que cet évènement annonce pour cette année
des objectifs qui mettent en avant la promotion des moyens de sécurité et de
prévention de même qu’un espace de partenariat. Mais également la
vulgarisation du contrôle technique des véhicules, la création d’une synergie
de lutte contre les accidents de la route, la lutte contre la contrefaçon des
pièces de rechange, l’échange de technologies nouvelles et la création
d’excellentes opportunités d’affaires.


Alors que les spécialités du salon sont les services de
contrôle technique et d’expertise, les constructeurs de véhicules, les
organismes de travaux publics, ceux du contrôle de la qualité de l’air et des
nuisances sonores, les producteurs de lubrifiants, les producteurs de
carburants, et les producteurs de pneumatiques. Le salon intègre entre autres
organismes les fournisseurs de pièces de rechange, les sociétés de maintenance
du matériel roulant, les entreprises de signalétique, les entreprises de
télésurveillance sur autoroute et les fabricants de radars pour autoroutes
ainsi que les médias.

Sous le patronage du Ministre des Transports, le SICTA 2006 se
veut de la sorte un espace de rencontre entre les différents opérateurs et
intervenants nationaux et étrangers qui pourront y trouver un espace
remarquable d’échange d’expériences, d’opportunités d’affaires
d’investissement et de partenariat.

A la faveur d’une conférence de presse tenue récemment en
prévision de ce salon, l’on apprend de la part de spécialistes algériens du
contrôle technique de véhicules que le parc roulant national est loin d’être
suffisamment contrôlé. Ainsi l’on fait savoir que si ce contrôle est
systématiquement appliqué aux poids lourds il est loin de couvrir un nombre
suffisant d’autres véhicules. De fait l’on apprend que sur un total recensé de
870 000 véhicules de + 20 ans seuls quelques 200 000 véhicules sont touchés
par le contrôle technique. Alors que pour ceux dépassant les quinze ans d’age
à peine 30% en sont contrôlés. L’on imputerait ces disparités de couverture à
de fausses statistiques puisque les chiffres généralement révélés par
l’ONS (office national des statistiques) ne s’appuieraient que sur les cartes
grises établies. L’on note cependant une importante affluence sur les centres
de contrôle techniques quand il s’agit de véhicules de +10 ans.

 Par ailleurs l’on relève que les véhicules lourds sont
aujourd’hui soumis à un contrôle systématique et ce depuis l’instauration de
l’obligation de contrôle en 2003 et qui aura touché le un million huit cent
mille véhicules. Actuellement rappelle-t-on tous véhicule de transport en
commun de moins de six ans obéit à une expertise au moins une fois par an,
tandis que tout autre véhicule de même type et dépassant les six ans d’age se
voit soumise à expertise tous les six mois. Avec cette précision que le
contrôle technique qui n’est plus un luxe ratisse même chez les
concessionnaires où il passe à la loupe les véhicules récents dont l’age
varie entre 0 et 5 ans.