ENACTA : les conditions de contrôle technique des voitures vont se durcir

57

L’Etablissement national de contrôle technique automobile (ENACTA) a parachevé la numérisation de toutes ses activités et finalisé l’adoption d’une application de suivi du contrôle technique à distance des agences en vue d’éviter tout cas de fraude, a fait savoir, lundi, le directeur général de cet établissement lors d’une réunion avec une commission spécialisée de l’Assemblée populaire nationale (APN).

« L’ENACTA prend en charge la formation et la qualification des contrôleurs techniques automobiles », a indiqué M. Fateh Zayed lors d’une audience devant la commission des transports et des télécommunications de l’APN sous la présidence de la commission, Ali Mounsi.

Et d’ajouter : « l’Etablissement a parachevé la numérisation de toutes ses activités, et finalisé l’adoption d’une application de suivi du contrôle technique à distance en vue d’éviter tout cas de fraude ».

Concernant la stratégie prévue par l’Etablissement pour appliquer la décision du Président de la République relative au contrôle technique des véhicules de transport chaque trois mois, M. Zayed a affirmé que l’ENACTA « est prêt à appliquer cette décision », assurant que la mise en œuvre de cette mesure attendait simplement « la promulgation des textes réglementaires ».

M. Zayed a présenté au cours de cette réunion un exposé sur cet établissement public à caractère industriel et commercial, doté de la personnalité morale et jouissant de l’autonomie financière.

Placé sous tutelle du ministère des Transports, l’Etablissement est régi par les lois applicables à l’administration dans ses relations avec l’Etat, a-t-il expliqué.

La création de cet établissement répondait à un impératif de mise en œuvre de la stratégie adoptée par l’Etat en matière de sécurité routière, et de garantir la maintenance de tous les véhicules du parc national en s’assurant de leur capacité de circulation sans danger aucun pour les usagers des routes.

Il a souligné, dans ce sens, que la principale mission de l’établissement était de fournir un service public aux citoyens, à la faveur d’un encadrement global de l’activité de contrôle technique des véhicules et son accomplissement dans les meilleures conditions par les contrôleurs de véhicules agréés au niveau des Agences de contrôle.

Dans son intervention, le président de la commission a souligné que l’audition du directeur général de l’Établissement national de contrôle technique automobile « a été dictée par la hausse préoccupante des accidents de la route au niveau national et en application de la décision du président de la République relative à la nécessité de soumettre les véhicules de transport au contrôle technique tous les trois mois ».

Les membres de la commission ont salué, lors du débat, la décision du Président Tebboune concernant les accidents de la route, et la numérisation du travail de l’établissement, soulignant l’impératif de « trouver des solutions pour mettre fin à ces accidents ».

Ils ont également mis en exergue l’impératif de lancer une réflexion sur les véritables causes de ce phénomène, questionnant sur les mesures prises par l’établissement pour appliquer la décision du président de la République, ainsi que sur le retard accusé dans l’octroi d’agrément aux agences de contrôle technique.