Groupe Sovac : Les employés sollicitent le président de la république

133

Les employés des différents sites du groupe automobile Sovac ont organisé aujourd’hui devant la direction générale des Grands Vents un sit-in d’envergure pour lancer un appel au président de la république afin d’intervenir pour la libération immédiate des patrons de Sovac, les frères Oulmi Mourad et Khider et ainsi œuvrer pour la sauvegarde de l’outil de travail du seul projet concret qui peut asseoir une véritable industrie automobile en Algérie.

Pour rappel, le lourd réquisitoire requis cette semaine par le parquet d’Alger à l’encontre des patrons de SOVAC ALGERIE, à soulever un tollé général auprès des employés du groupe et de beaucoup d’observateurs et d’opérateurs économiques, notamment devant les approximations répétées du réquisitoire.

Les employés de Sovac ont donc adressé un message au président de la république dans lequel ils lui rappelle que  » l’Algérie a besoin de tous ses enfants pour faire face à la crise économique et que le rôle de l’Etat est de veiller à la sauvegarde des richesses humaines et matérielles ».

D’une seule voix, les employés de Sovac crient haut et fort que la place d’investisseurs comme Mourad et Khider Oulmi n’est certainement pas en prison.  »Dans tout investissement il y a un risque à prendre. M. Oulmi a pris le risque de ramener le Groupe Volkswagen en Algérie, malgré une législation instable et une situation politique des plus critiques » rappellent le communiqué des employés de Sovac. Dans la même lettre adressée au président de la république, il est indiqué que  » la société Sovac et ses patrons sont victimes d’une véritable cabale judiciaire, sachant que SOVAC a honoré tous ses engagements envers les banques, l’Andi, les impôts et toutes les parties prenantes de ces projets élaborés avec le Constructeur numéro 1 mondial, Volkswagen en l’occurrence ».