Hino ambitieuse dans le marché Algérien du camion

4137

Dans un passé lointain qui remonte aux années 80, la marque Japonaise de camions Hino occupait une grosse part du marché local avec des milliers de camions qui sillonnaient les routes Algériennes. Des raisons multiples ont fait que le label Hino disparait au fil des années de nos routes en laissons place aux marques européennes et puis chinoises. Néanmoins, depuis 2008, année du retour de Hino en Algérie sous la bannière de Toyota Algérie, la marque connaît une renaissance et totalise aujourd’hui 15% de parts de marché. La venue dans notre pays du président de Hino Motors Corporation confirme la volonté du constructeur de reprendre le flambeau dans cette partie du monde.

A l’occasion du lancement en grande pompe de la nouvelle gamme de la série 300 des camions Hino, plusieurs dirigeants de Hino Motors Corporation à leur tête le président du groupe M.Kazuo Okamoto, un signe fort de l’intérêt que porte le groupe au marché Algérien.

Lors d’une rencontre avec la presse Algérienne spécialisée, M.Okamoto a tenu à souligner l’importance du marché Algérien. « C’est un marché potentiel vue les ressources dont ils bénéficient et cela est très clairement reflété dans notre stratégie d’exportation car nous pensons que le potentiel est important pour la distribution de Hino », a t-il indiqué. Il a par ailleurs expliqué que la marque est présente depuis seulement 2008 et qu’au sein de Hino Motors Corporation au Japon, l’Algérie est considéré comme étant un marché à très fort potentiel pour la croissance de la marque hors Japon.  

Le premier responsable de Hino a par ailleurs signifié sa confiance totale dans son distributeur local, Toyota Algérie, dans la distribution des camions Hino, « Nous sommes convaincus que par la performance de Toyota Algérie nous pouvons espérer une réussite telle qu’elle est visible sur les autres marques distribuées par le concessionnaire. Je dirais qu’à ce jour, tout ce qui a été fait est très prometteur pour l’avenir », souligne M.Okamoto.  

Quant à l’histoire de Hino en Algérie et le capital sympathie dont bénéficie la marque auprès du public Algérien notamment dans les années 80, le président de Hino à tenu au passage à remercier les clients pour la confiance qu’ils ont eu dans la marque, un fait qui est dû aussi à l’aspect qualitatif des produits. Il a clairement signifié que les efforts qui sont entrain de se faire aujourd’hui sont une preuve tangible que la marque veut rapidement reprendre sa place en s’appuyant notamment sur la gamme commercialisée aujourd’hui en Algérie.  
 
L’image de marque, le capital sympathie et la présence d’une gamme de qualité élevée ne suffit pas pour assurer le succès de cette dernière, il est tout à fait clair qu’il faudra assurer une prise en charge du client dans tout ses aspects. «Nous sommes convaincus que Toyota Algérie avec son professionnalisme pourra réaliser cet objectif est saura offrir le meilleur service à nos clients, avec tout l’appui nécessaire de Hino Motors Corporation », déclare M.Okamoto.

Sur un autre chapitre et concernant un éventuel investissement industriel de Hino en Algérie, M.Okamoto est confiant et indique que l’importance du marché et les volumes réalisés seront déterminant pour aller dans un tel projet « La raison même du business et qu’on puisse produire quelques chose et produire de la richesse dans chaque pays et cela nous considérons qu’en Algérie comme les autres marchés ont un intérêt pour Hino et nous sommes convaincus qu’avec l’essor de Toyota Algérie dans la vente de ses véhicules et l’évolution du volume du marché,  il sera donc dans l’intérêt de Hino Motors corporation d’investir en Algérie pour faire de la production locale », dira-il.

Il est à rappeler que Hino est leader dans son marché au Japon et alimente les pays d’Asie. Les usines de Hino Motors Corporation ont une capacité de production de 150 000 véhicules par an, une marque qui s’est orientée vers l’export depuis cinq ans en s’installant aux USA et en Afrique, et leur premier marché à l’export de Hino est l’Indonésie. L’Algérie est le second pays après l’Afrique du Sud à commercialiser la marque dans le continent Africain.