Important retard dans les travaux de mise à niveau du tronçon

1533

Le ministre des travaux publics, Abdelkader Kadi, a exprimé, samedi, sa colère face à la lourdeur qui caractérise la cadence des travaux de mise à niveau du tronçon autoroutier Bouira-Lakhdaria, long de 33 km, qui accuse un important retard, dont le chantier a été lancé en mai 2013.

‘‘C’est regrettable de constater tous ces retards (…) en train de pénaliser la population’‘, a lancé M. Kadi aux responsables des entreprises réalisatrices qui lui présentaient le taux d’avancement des travaux. Le ministre a aussi critiqué la mauvaise signalisation installée dans certaines sections à Lakhdaria, demandant aux responsables concernés de ne pas ouvrir les tronçons avant leur achèvement. ‘‘Il ne faut pas ouvrir une autre section avant d’achever la précédente’‘, a insisté M. Kadi.

 Le ministre a, par ailleurs, exprimé son mécontentement face au retard enregistré dans la réalisation des pieux de stabilisation du sol à Djebahia et à Oued Rekham (Ain Tork), ainsi que la réalisation des échangeurs de Djebahia et de Bouira. ‘‘Avec cette allure, vous n’allez pas avancer‘‘, a déclaré le ministre à l’adresse des responsables en charge de ces différents projets.

 Face à ces problèmes et retards, M. Kadi a demandé à toutes les parties concernées de trouver le plus rapidement possible des solutions et des propositions concrètes afin d’en finir avec ce calvaire. ‘‘Je veux des solutions et des propositions concrètes cette semaine’‘, a-t-il insisté devant les responsables de l’Agence nationale des autoroutes, et l’agence de gestion des autoroutes, ainsi que ceux de la direction des travaux publics de Bouira.

 Pour accélérer le rythme des travaux, le ministre a appelé les entreprises réalisatrices à sous-traiter avec d’autres entreprises afin notamment de réaliser les micro-pieux ainsi que les pieux, dont le nombre dépasse les 1700 pour la stabilisation du sol.

 M. Kadi a souligné que les études de tout ce projet avaient été finalisées de façon à ce que les erreurs du passé ne se reproduisent jamais.