Industrie automobile : 300 à 350 sous-traitants pour accompagner les constructeurs

55

Les opérateurs économiques étrangers annoncent plusieurs projets dans le secteur automobile en Algérie pour les années à venir, une industrie qui à fortement besoin d’un large tissu de sous-traitants dans différents secteurs. Pour accompagner ses investisseurs, entre 300 et 350 entreprises activant au niveau national dans le secteur de la pièce automobile sont opérationnelles afin d’approvisionner les constructeurs étrangers qui devraient s’installer en Algérie.

Ces sous-traitants bénéficient d’un accompagnent du ministère du secteur dans leurs discussions avec les constructeurs internationaux devant s’installer en Algérie dans le but d’obtenir les homologations nécessaires, a fait savoir le directeur des industries sidérurgiques, mécaniques, aéronautiques et navales au niveau du ministère, Mohamed Djebili qui s’exprimait sur les ondes de la Chaîne III de la Radio algérienne.

« Un arsenal juridique a été mis en place pour accompagner les sous-traitants jusqu’à leur homologation par les constructeurs installés en Algérie », a-t-il assuré, ajoutant que la loi inclut aussi l’obligation pour le constructeur de s’approvisionner au niveau des sous-traitants homologués pour l’activité de ses autres sites de production à l’étranger.

Notant que les sous-traitants pourront produire de la pièce pour la première monte mais aussi les pièces de rechange, M. Djebili a souligné que des sous-traitants sont d’ores et déjà homologués, activant dans la câblerie, la pneumatique, composants plastiques et sièges automobiles notamment.

« A partir de 2025, nous estimons qu’on aura une panoplie de sous-traitants très diversifiée qui permettra d’économiser les devises destinées à l’importation de pièces de rechange », a-t-il prévu.