Le démarrage de la 301 en Algérie est phénoménal

4371

Rencontré en marge du salon de l’automobile d’Alger, M.Maxime Picat, Directeur Général de la marque Peugeot a bien voulu répondre à nos questions notamment celles relatives à la 301 et aux évolutions technologiques des motorisations de Peugeot.

Auto-utilitaire : -Comment voyez-vous le marché Algérien en 2013 ?

Maxime Picat : -Pour 2013, je pense que nous avons encore une belle croissance sur le marché Algérien. Nous pensons que les ventes globales iront au delà des 500 000 unités, on a toutes nos chances sur ce marché pour prendre la place de leader.

Aujourd’hui, on arrive avec de bons produits, on a la 301 qui fait un démarrage incroyable et pour lequel on mobilise un maximum de nos capacités de production, donc à mon avis nous ferons une très belle année 2013.

– Vous avez beaucoup parlé de la gamme Peugeot à bon prix notamment de la 301, qu’en est-il du segment premium chez Peugeot ?

– Aujourd’hui, l’objectif de Peugeot, est d’offrir des véhicules de niveau Premium. Nos plus hauts niveaux sont la 508, la 208 GTI. Se sont des véhicules qui ont des niveaux de prix de vente et un niveau d’équipements qui les placent immédiatement dans les Premiums.

Notre volonté pour la marque n’est pas d’avoir des véhicules accessibles dans la gamme 208 et d’autres Premium, on veut faire ça dans l’ensemble de notre gamme pour que nos clients puissent acheter une 208, chacun choisit celle qui lui convient en fonction de ses moyens et de ses envies.

Notre haut de gamme aujourd’hui c’est la 508, nous n’avons pas vocation à faire de plus grandes voitures ou de grandes limousines. Il faut aller dans le sens du marché, le sens du monde : on va vers des véhicules moins consommant, on va vers des véhicules qui doivent vivre, exister dans les villes et donc on voit petit à petit dans beaucoup de marchés des véhicules qui vont en se rétrécissant. Il reste toujours une couche de véhicules de luxe mais nous n’avons pas vocation à continuer à se développer dans ce domaine.

-Peugeot est l’un des pionniers dans le développement des moteurs « technologiques ». Pouvez-vous nous parler des évolutions techniques de vos moteurs ?
 
-Il faut savoir que les moteurs à combustion interne classiques Diesel et Essence resteront, dans dix ans, l’écrasante majorité dans les véhicules. Il est extrêmement important pour l’ensemble des constructeurs et Peugeot en particulier, d’améliorer l’efficacité de ces moteurs d’où nos gammes Diesel toujours plus performantes avec nos blocs moteurs HDI, et notamment nos moteurs trois cylindres qui seront bientôt épaulés par des moteurs trois cylindres turbo qui vont venir baisser les niveaux de consommations de manière très intéressante.

Après, la vision de Peugeot est que la baisse des consommations passera par l’hybridation, un segment très important pour nous. Actuellement, nous sommes bien en avance sur les moteurs hybrides, et Peugeot est la première marque en Europe en matière de minimisation d’émission de CO2, avec seulement 121 grammes, je dirais que l’hybridation est notre avenir.

Chez Peugeot, nous avons l’hybridation Diesel qui est la plus « haut de gamme », nous avons d’ailleurs présenté « Hybrid 4 », nous avons également le système Stop and Start qui permet des gains de consommation très intéressants. Le salon de Genève nous a permis d’exposer toutes les idées que nous avons en matière d’hybridation avec la nouvelle technologie Hybrid R grâce à laquelle on peut atteindre trois litres ou 69 grammes / km de Co2 à l’horizon 2017.

– La Peugeot 301 nous a agréablement surpris lors des essais et semble surclasser les prévisions en termes de ventes. Comment envisagez-vous l’avenir de ce modèle ?

– Le lancement de la Peugeot 301 répond à notre manque d’un véhicule de cette taille là précisément doté de très bonnes prestations et avec le tarif que vous connaissez. Vous signalez vos bonnes impressions en matière de tenue de route et d’autres prestations lors de vos essais, ceci ne nous étonne pas car c’est une véritable Peugeot et on n’a pas lésiné sur les moyens pour arriver à ce résultat.

Encore une fois, je ne veux pas entendre le terme de low cost pour la 301 car Peugeot ne fait pas du low cost, les clients et les journalistes le voient bien, en la regardant extérieurement et en rentrant dedans, là-dessus, je n’ai aucun doute, la 301 n’est pas une voiture low cost.

Maintenant concernant l’avenir de la 301 et sa place sur les différents marchés et les éventuels développements et segmentations, je dirais pourquoi pas ! De toute façon nous explorons toujours toutes les pistes, nous écoutons nos clients et petit à petit, des idées germent et des choses arrivent mais aujourd’hui je n’ai rien à vous annoncer.