Le projet de décret exécutif prochainement devant le gouvernement

3562

Le ministre des Transports, M. Amar Tou, a annoncé lundi à Alger, que le projet exécutif instituant "le permis à points" sera présenté prochainement devant le gouvernement pour examen, enrichissement et adoption.

M. Tou a souhaité lors d’une journée d’étude sur « Les accidents de la  route et les mesures de prévention » organisée par le ministère, que ce texte  juridique qui fera l’objet d’enrichissement en 2011, soit promulgué.         
Il a indiqué à ce propos, que cette loi tendait à instaurer un comportement  au volant dans le but de diminuer les accidents de la route qui ont connu « une  légère hausse » ces cinq derniers mois.         

M. Tou a expliqué cette hausse par l’utilisation de moyens de sensibilisation  et l’allègement des mesures coercitives mais, a-t-il dit, cela restait « insuffisant »  d’où l’augmentation des accidents de la route par rapport à l’année dernière  qui était bonne.         

Il a d’autre part, souligné la nécessité de poursuivre l’application  rigoureuse du code de la route en vigueur au regard de l’augmentation  du nombre de victimes d’accidents de la route et des « résultats positifs en  matière de diminution de victimes d’accidents de la route en 2010 ».         
Le ministre a déploré cependant que nombre de conducteurs « ne  respectent pas le code de la route ».

De son côté, le représentant de la direction générale de la sûreté nationale  a rappelé que 45% des accidents de la route enregistrés à travers l’ensemble  du territoire national sont causés par les poids lourds, les véhicules de transport  de marchandises et l’élément humain.          
L’on compte, a-t-il précisé, neuf wilayas où l’on enregistre le plus  grand nombre d’accidents dont Alger, Constantine, Oran, Annaba et Sétif,  ajoutant que les coûts des accidents s’élèvent à 32 milliards de DA que 17000  permis ont été retirés en 2010. Entre autres mesures prévues, il y a lieu de citer les nouvelles unités  chargées de la sécurité routière et les équipements techniques dont les  radars et les caméras.         

Le représentant de la Gendarmerie a indiqué quant à lui, que le réseau  routier s’étendait sur 114 000 km et que la couverture en matière de sécurité  routière était de 80%. Le parc national de véhicules compte 6 millions soit  une augmentation de 38%.