Mécanique : Hadda Djeghidal, la 1ère femme mécanicien-auto à Laghouat

52

Qui a dit que le métier de mécanicien automobile est exclusivement réservé aux hommes ? Dans la wilaya de Laghouat, un garage de mécanique compte parmi son équipe, une femme, Hadda Dieghidal âgée de la trentaine, ingénieur d’état en mécanique.

Promue en 2011 de l’université de Laghouat, Hadda, âgée de la trentaine, a avoué avoir opté pour ce métier dur, pour fuir le spectre du chômage, mais en adéquation avec sa formation universitaire, et qui lui permettra de parfaire sa formation théorique en pratiquant dans un atelier de mécanique.

« Mes connaissances en mécanique-auto n’ont cessé, depuis mon embauche dans un atelier, de s’étoffer et de s’améliorer en côtoyant les mécaniciens hommes dont certains, bien que n’ayant que le niveau de technicien, détiennent de grandes capacités dans ce métier, qui est devenu pour eux une passion », a ajouté Hadda.

Faisant preuve d’une ténacité remarquable dans ce créneau masculin, cette mécanicienne est déterminée à relever le défi et de s’en sortir bien dans ce domaine pour prouver à ses paires que le travail n’a pas de genre.

En tenue de travail aussi bien avec ses collègues de travail qu’avec les clients, Hadda se défend « je suis bien dans ma peau », car consciente que les femmes osent de plus en plus et le regard des hommes évolue, pour indiquer n’avoir aucun regret d’avoir opté pour ce métier requérant une certaine aptitude physique.

Elle a, par l’occasion, loué les avantages de nouvelles technologies utilisés dans ce domaine qui lui ont grandement facilité la tâche, notamment dans la détection des pannes au travers le scanner des cartes mémoires dont disposent tant de marques de véhicules.

« Bien que mon image de mécanicienne demeure un cas isolé dans la wilaya, mais l’égalité des sexes est en marche », a soutenu Hadda qui a, à ce titre, salué les encouragements et la solidarité que lui réserve sa famille Djeghidal pour continuer dans son parcours au service du développement économique de sa région.

La jeune mécanicienne a lancé un appel aux femmes pour qu’elles ne restent pas confinées dans des secteurs « stéréotypés » mais doivent investir les autres créneaux et métiers jusque-là réservés à la gent masculine.

Le patron de l’atelier, Larbi Toual, a pour sa part loué « l’assiduité, la ponctualité et la maitrise du travail » de Hadda qui lui permettent d’être un « exemple à suivre pour ses collègues mécaniciens » et constitue une valeur ajoutée pour l’atelier.

M. Larbi a en outre soutenu que l’intégration de cette ingénieure d’Etat en mécanique a fait de cet atelier un « véritable laboratoire » aux plans académique et pratique à la grande satisfaction des clients. (APS)