Nous visons 1000 ventes du pick-up Amarok cette année

11164

En marge de la présentation et des essais presse du nouveau pick-up Volkswagen Amarok organisés à Biskra, M.Mourad Oulmi, Pdg de Sovac, nous a déclaré que le but escompté avec Amarok est de réaliser 1000 ventes d’ici la fin de l’année 2010 et occuper 15% du segment en Algérie. (Interviewé par Hamid ABBASSEN)

Auto-utilitaire.com : Amarok est lancé officiellement en Algérie, comment trouvez-vous le véhicule ?

M.Oulmi : Sincèrement c’est un excellent véhicule, robuste que j’ai eu l’occasion de tester en Argentine dans des conditions très rudes et aux côtés de ses principaux concurrents, il a prouvé largement ses capacités et ses qualités.
Amarok arrive aujourd’hui sur le marché mondial avec certes des atouts notables mais il est clair qu’il devra faire ses preuves pour prétendre aux premières places du podium et pénétrer le marché dans un segment où la marque n’est pas présente, notamment devant une concurrence rude présente sur le marché depuis des années, je citerais les pick-up japonais qui ont une légitimité sur ce type de segment et d’une bonne image. Volkswagen a conçu un pick-up de qualité avec un beau design, il offre un confort d’une berline et je dirais qu’en question de transmission intégrale, le groupe Volkswagen (à travers Audi) n’a rien à démontrer aujourd’hui, notre premier pick-up est une totale réussite.

2- Comment voyez-vous le futur de l’Amarok  en Algérie ?

– Aujourd’hui nous sommes ambitieux avec ce modèle mais il est clair que nous n’allons pas bousculer la hiérarchie établie depuis des années sur le marché local où Toyota règne sur le segment, suivie de Nissan et de Mitsubishi en troisième position. Nous avons des ambitions que je qualifie de modestes, nous allons essayer de capter 10 à 15% de parts de marché du segment.
Amarok est lancé en Algérie en avant première sur le continent africain mais aussi européen, ce qui veut dire que Volkswagen crois en le marché Algérien qui est le premier sur le segment des pick-up et pense que le continent africain est un grand marché pour le segment des véhicules utilitaires. Le positionnement du pick-up est différent entre l’Europe et l’Afrique, il est vu comme un véhicule de loisir en Europe mais comme un outil de travail en Afrique. Certes la version double cabine 4×4 attirera des clients pour une utilisation purement orientée loisir mais avec l’arrivée l’année prochaine de la version simple cabine de l’Amarok où la gamme sera au complet avec le 4×4 et le 4×2 en double et simple cabine, là je dirais que nous serons en mesure de nous battre pour les premières places du podium sur ce segment.

Le marché algérien est très important pour Volkswagen, il est le deuxième en Afrique en terme de volume, Sovac enregistre de beaux chiffres et on est en constante croissance et parfois victime de notre succès car nous sommes souvent en rupture de stocks sur certains modèles de notre gamme. Nous avons une clientèle fidèle qui aime la marque, nous avons des produits mieux que ceux de la concurrence dans le même segment. Aujourd’hui, on a la meilleure croissance et le taux de pénétration le plus élevé sur le marché local.

3- Quel est l‘objectif de vente de l’Amarok ?

– Nous allons tâter le marché et voir les premières réactions des clients par rapport à ce nouveau né de la gamme Volkswagen. Il ne faut pas oublier qu’il est lancé en Algérie en avant première africaine et européenne. Je pense que 1000 unités d’ici la fin de l’année 2010 est un objectif raisonnable, on espère seulement qu’on n’aura pas de soucis de disponibilité.
Pour l’année 2011, ce sera la vraie année de référence pour nous. Nous aurons plus de visibilité sur le marché du pick-up, le client aura eu une certaine image de l’Amarok. L’arrivée de la version simple cabine 4×2 et 4×4 renforcera notre gamme, on sera présent avec le 4×4 et le 4×2 simple et double cabine avec une boite mécanique mais aussi une boite automatique. Une gamme qui sera bien équipée profitant de son rapport qualité / prix, le meilleur de sa catégorie, particulièrement aujourd’hui avec la version 4×4 double cabine.  

4- Plusieurs décisions ont été prises lors des dernières lois de finances complémentaires, vous attendez-vous à d’autres décisions dans l’avenir ?

– Nous sommes habitués et on s’adapte à ce genre de décret. Les décisions déjà prises ne concernent pas seulement le secteur de l’automobile mais tous les opérateurs économiques qui exercent dans le domaine de l’importation. Les décisions qui ont été déjà prises avaient un but bien précis celui de réduire la facture d’importation et de régulation de l’activité de l‘importation que je qualifie d’ « importation sauvage » dans certains secteurs et à un moment donné il a fallu stopper ces agissements qui commencent à nuire à l’économie nationale.  

5- Quelles seront les nouveautés de Sovac pour le reste de l’année 2010 et l’année 2011 ?

– L’Amarok est la principale nouveauté pour cette année. Sovac lancera plusieurs véhicules en 2011 lors du salon de l’automobile d’Alger, on présentera le nouveau Caddy, la nouvelle Passat, la nouvelle Jetta, le Touareg et probablement la A1.  

6- La Golf VI connaît un succès retentissant cette année et avec l’arrivée du bloc diesel, comment voyez-vous l’avenir de ce modèle en Algérie ?

– Je ne vous cache pas qu’on est très content du succès de la Golf en Algérie et exceptionnellement pour ce mois de mai, nous avons réalisé une belle performance avec la vente de 675 Golf VI en un mois, un chiffre jamais égalé depuis l’entrée de ce modèle en Algérie, je pense qu’elle se placera en pole position dans son segment sur les ventes du mois de mai.  
On a lancé la Golf en Algérie avec seulement le bloc essence, nous sommes agréablement surpris du succès que connaît ce modèle, il faut dire que le client connaît la marque, connaît le modèle et l’image de la Golf était toujours positive chez le client algérien.

7- Sovac a affiné aujourd’hui sa présence en Algérie avec l’installation de plusieurs départements au sein de la direction pour une gestion meilleure des marques commercialisées par Sovac. Pouvez-vous nous en parler un peu plus ? 

– Nous avons tracé notre stratégie en étroite collaboration avec le constructeur. On est une entreprise privée à la recherche de la rentabilité et gagner des parts de marché. Le plus difficile est de concilier les deux objectifs. Ce qui est bien aujourd’hui, c’est qu’on est le seul concessionnaire automobile en Algérie à avoir fait énormément d’investissements avec un taux établi à 90%    des investissements principalement dans l’algérois comparativement à la concurrence. Nous allons inaugurer prochainement l’ « Audi terminal », un chef-d’œuvre qui sera parmi les cinq premiers au monde.    

8- En dehors de l’activité importateur et vendeur de voitures, Sovac est aussi une entreprise citoyenne, que pouvez-vous nous dire sur ce volet ?

– C’est vrai que Sovac est une entreprise citoyenne. On s’est toujours inscrit dans cette optique en se plaçant comme l’une des rares entreprises dans le secteur de l’automobile à afficher sa présence avec des actions d’aides et de solidarité. Sovac est une entreprise algérienne, nous avons le devoir de défendre les couleurs de notre pays, nous avons été présents avec le comité olympique, nous avons une équipe de cyclisme propre à Sovac, une école qui forme des jeunes cyclistes, on est partenaire officiel du marathon d’Alger, on sponsorise beaucoup d’événements… En plus de tout cela, on est toujours aux côtés de l’association SOS Village d’Enfants où chaque année nous organisons des événements au profit des enfants. D’ailleurs vous avez remarqué que lors de notre déplacement d’aujourd’hui pour les essais de l’Amarok nous avons chargé les pick-up d’articles scolaires au profit des enfants démunis de Biskra, nous allons continuer à apporter notre soutien à ce genre d’initiatives.

Je profite de l’occasion aussi pour expliquer le choix de Biskra pour les essais de l’Amarok, c’est dans le but de promouvoir le tourisme de la région et faire découvrir les beaux paysages de notre pays.