Sports mécaniques: les membres de l’AG s’agrippent au départ du Bureau fédéral

6

Contacté par l’APS, le chef de section de l’ARBEE Alger-centre, Rafik Ali Pacha, a estimé dimanche que le passage de Karim Benhamiche à la tête de la FASM a été marqué par une « mauvaise gestion » et « l’absence d’activités sportives », sans oublier « la disparition de sommes d’argent importantes ».

« Plusieurs membres de l’assemblée générale ont refusé de remplacer ceux qui avaient quitté le Bureau fédéral en janvier car ils savent très bien que la FASM est très mal gérée. La preuve : les bilans ont été rejetés », a ajouté l’ancien membre du BF qui avait jeté l’éponge lui aussi.

Pour le président Benhamiche, l’assemblée générale avait un seul objectif, celui de le « destituer ». « Ils étaient tous ‘out’ samedi, personne ne m’a interpellé sur le bilan de nos activités sportives. Je suis sûr qu’ils n’ont même pas jeté un œil sur le contenu des bilans moral et financier ».

Concernant la somme de 800 millions de centimes évoquée par l’AG, Benhamiche a expliqué qu’elle venait « du Fonds national (de promotion des initiatives de la jeunesse et des pratiques sportives). C’est une avance qu’on devra rembourser dès qu’on réceptionne notre budget annuel ».

Quant au vice-président Fethi Benaïssa, il a assuré que « cet argent nous a servi à payer les dettes de l’ancien Bureau fédéral. Nous avons essayé de convaincre les 37 membres présents (sur les 43 que compte l’AG, ndlr) de critiquer objectivement les bilan moral et financier, en vain. Ils voulaient seulement notre tête ».

« C’est un conflit d’intérêts. Il faut revoir les statuts et règlement intérieur de la FASM. Il y a des clubs qui n’ont pas le droit de voter, ceux qui n’activent pas tout au long de l’année et n’ont pas de licence par exemple, mais ils l’ont fait quand même. Cette fédération ne changera jamais, elle restera prisonnière des entraves. Chacun pense à sa petite personne et à ses propres intérêts », a-t-il regretté.