Une 2ème édition pour moraliser le marché de la pièce de rechange.

4042

La deuxième édition d’EquipAuto Algérie fera certainement de se salon un rendez-vous incontournable dans l’agenda des manifestations professionnelles en Algérie. EquipAuto Algeria (acte 2) aura lieu cette année du 02 au 05 avril, à la Safex (société algérienne des foires et exportations). (Par Gellal A)

Cette manifestation, qui est dédiée aux équipementiers automobiles et à la
pièce de rechange, illustre avant tout l’essor d’un marché automobile national
de plus en plus prometteur, eu égard à une clientèle sans cesse croissante et de
plus en plus exigeante. Chapeauté par Comexpo Paris et ayant pour représentant
en Algérie Promosalons Algérie, ce deuxième Equipauto s’assigne pour objectif de
moraliser le marché de la pièce de rechange dans un environnement de plus en
plus gangrené par la pièce contrefaite, c’est-à-dire à près de 50% du marché
Algérien de la pièce de rechange.


Généralement d’origine chinoise ou dans une moindre mesure, des pays de l’Europe
de l’est. Les organisateurs tenteront donc encore une fois d’avoir un œil sur le
commerce de la pièce de rechange qui n’est pas toujours « catholique » la
rigueur reste notre idéal disent à ce titre Mrs Nabil Bey Boumezrag et Jean
Hugues Barsot coorganisateurs de ce salon, confirmant ainsi toute la difficulté
à assainir un domaine qui touche directement à la sécurité des consommateurs.
Alors que le trafic de la pièce de rechange interpelle actuellement au premier
chef les autorités algériennes.

Sachant que le commerce de la pièce qui remonte à une quinzaine d’années
seulement, connaît encore un manque d’organisation patent. Les quelques sous
traitants qui existent travaillent essentiellement, sinon totalement, pour les
sociétés publiques telles que l’entreprise nationale de matériel de travaux
publics (ENMTP), le complexe Moteur Tracteur (CMA) ou la société nationale de
véhicules industriels (Snvi)

La France demeure le premier fournisseur de l’Algérie en pièces et accessoires
de véhicules automobiles avec des importations s’élevant à 34 600 000 euros en
2005. Aussi, la plus grande part des pièces de rechange est importée (moins de
160 millions de dollars en 2005, avec une hausse exceptionnelle de 22.65%
enregistrée en 2004).


Aujourd’hui et en dépit de la bonne volonté des services de l’état chargés de
lutter contre la contrefaçon sont dans l’impossibilité de reconnaître un produit
contrefait ; d’où le rôle pédagogique que se fixe l’Equipauto et qui tente grâce
à l’intervention d’experts de faire toute la lumière sur les dessous de
l’univers obscure de la falsification de la pièce. C’est donc sous la pression
des consommateurs couplée à une concurrence de plus en plus forte, que le marché
de l’automobile en Algérie tend à se professionnaliser. Et pour contrer la
concurrence déloyale, nombre d’opérateurs concentrent désormais leurs efforts
sur la qualité des services.

De ce fait, Equip auto semble être l’espace idéal pour des mises en relation
d’affaires entre équipementiers de bonne volonté. D’autant qu’il fait office de
tremplin pour la formation professionnelle, le marché algérien manquant
cruellement d’un manque de compétences dans la maintenance et le service.
L’équipement de garage-la majorité des garages sont peu ou mal équipés- les
équipements pour le contrôle technique et le diagnostic automobile, au moment ou
il n’existe que 124 agences de contrôle à l’échelle du territoire national dont
près d’une quarantaine dans la seule wilaya d’Alger. Et enfin le transport de
véhicules puisque les transporteurs spécialisés commencent seulement à
apparaître sur le marché algérien.