18000 véhicules flashés et 25 291 amendes forfaitaires établies par les gendarmes en 5 mois

2626

Les statistiques du Groupement de la Gendarmerie nationale d’Alger qui a révélé lors des journées portes ouvertes qui se tiennent du 18 au 20 juin à Makam Echahid, que près de 18 000 véhicules ont été “flashés” par les radars fixes et mobiles (Laser et Doppler) durant la période allant de janvier à fin mai 2008. (Par M.Mohamed)

Les gendarmes ont eu à vérifier cet excès de vitesse à travers une opération pilote, à savoir le respect des plaques de signalisation et de limitation de vitesse sur les autoroutes d’Alger, où la vitesse est limitée à 80 km/heure. En effet, plus de 3 000 véhicules ont été enregistrés, en 24 heures, sur les deux systèmes de radar et roulaient à plus de la vitesse tolérée. « La plupart des automobilistes sont des transitaires. La démarche prendra du temps, mais ils seront tous convoqués et verbalisés », nous explique un officier chargé de ce système d’exploitation de données.

Les différents escadrons routiers déployés aux quatre coins de la capitale ont ainsi verbalisé 10 174 automobilistes, mis en fourrière 1 013 véhicules et enregistré 2 805 infractions au code de la route (excès de vitesse entre 80 et 120 km/heure). « Il y avait même un automobiliste qui roulait à 182 km/h ! », nous avouera encore cet officier.

Durant la même période, 11 097 délits ont été enregistrés sur les routes d’Alger, avec 5 329 infractions constatées, 25 291 amendes forfaitaires et 3 574 affaires relevant du pénal. Selon la banque de données du groupement d’Alger, les mêmes contrôles ont abouti à l’identification de 6 145 véhicules, dont 667 voitures ont été mises en fourrière, sans compter 6 704 retraits de permis de conduire, dont 6 123 retraits ordinaires et 541 cas gravissimes soumis à l’autorité du wali d’Alger pour trancher. Le renforcement des radars, près de 30 radars Laser et Doppler installés entre Zéralda et Boudouaou, ainsi que la mise en service à titre expérimental du système de géolocalisation (GPS) dans la capitale pour une meilleure gestion des patrouilles des gendarmes, ont ainsi permis au groupement d’Alger de mieux verrouiller les deux autoroutes de la capitale, d’une part, et de réduire les accidents de circulation.