2.500 tonnes de pièces de rechange contrefaites ont été bloquées depuis novembre 2009

2655

Une journée d’études sur la contrefaçon des pièces de rechange organisée par la direction de la concurrence et des prix (DCP) de la wilaya d’Alger a eu lieu, mercredi à l’hôtel El Aurassi qui a vu la présence d’une grande partie des acteurs de l’automobile en Algérie et du ministre du Commerce El Hachemi Djaâboub. (Par M. Mohamed)

Depuis le mois de novembre 2009, année qui a vu l’entrée en vigueur des dispositions relatives à l’interdiction de l’importation de la pièce de rechange non certifiée par la maison mère autrement dite contrefaite, les services de contrôle relevant du ministère du Commerce ont bloqué l’entrée, sur le territoire national, d’une quantité de 2 500 tonnes de produits contrefaits (pièces de rechange) pour un montant de plus de 10 millions de dollars. Un chiffre qui dénote  de l’efficacité des mesures prises dans le cadre de la loi de finances 2009 et, par conséquent du recul du phénomène.

Le ministre du Commerce indiquera que l’intérêt accordé par l’Etat  à la lutte contre la contrefaçon est dû à la situation alarmante à laquelle est arrivée la contrefaçon de la pièce de rechange en Algérie. 

La démarche de l’Algérie s’inscrit également, indiquera M. El Hachemi Djaâboub, en conformité avec son engagement relatif à la protection de la propriété industrielle. Dans le même ordre d’idées, il affirmera que le volume des accidents de la route dans les pays en développement est 20 fois supérieur à celui enregistré dans les pays développés par le fait de la croissance démographique et de la hausse du nombre de véhicules en circulation. Et d’ajouter que l’accident de la route  a une dimension sociale mais aussi économique de par les frais générés par la prise en charge des victimes. 

A propos de la filière qui a connu une expansion à la faveur des facilitations bancaires en matière d’octroi de crédits destinés au financement de l’achat de véhicules (crédit suspendu récemment au profit du crédit immobilier), le ministre indiquera que 38 800 commerçants activant dans la filière de la pièce de rechange sont recensés au niveau du CNRC. Ils sont par ailleurs au nombre de 9 913 importateurs dans le créneau de la pièce de rechange sur quelque 31.000 importateurs dans le cadre de la revente en l’état dont 26 986 dans le détail et 2309 dans le secteur du commerce de gros. Le ministre ajoutera que l’année 2009 a enregistré l’importation par 1 513 opérateurs de 43 000 tonnes de pièces de rechange pour un montant de 496 millions de dollars.

Par ailleurs, les mesures prises par l’Etat seront consolidées par la réception du laboratoire d’analyse des produits industriels en cours de réalisation. L’Etat s’est également doté d’une instance chargée de la collecte et de l’analyse du marché dans le souci de déterminer les sources de production et d’exportation de la pièce de rechange pour une meilleure maîtrise des opérations.