Automobile Algérie : Vers un taux d’intégration plus élevé

137

Dans son engagement de créer un environnement industriel structuré et équitable, le gouvernement algérien, a mis en place un nouveau cadre réglementaire qui vise à s’orienter vers l’autosuffisance économique avec un taux d’intégration plus élevé sur le marché de la construction automobile.

Le gouvernement algérien souhaite propulser les usines de construction automobile en Algérie vers d’autre horizons, en mettant en place un nouveau cadre réglementaire, dans une initiative conjointe impliquant les ministères de l’Industrie, des Finances, et du Commerce et de la Promotion des exportations.

Cette démarche est appuyée par le décret ministériel détaillé dans le Journal Officiel, mettant en lumière les critères spécifiques de calcul du taux d’intégration dans la fabrication de véhicules. Ce taux d’intégration, est déterminé en comparant les coûts des composants produits localement avec le coût total du véhicule à sa sortie d’usine.

Une nouvelle approche qui vise à promouvoir les compétences algériennes dans le secteur automobile, et également booster la compétitivité économique du pays sur le marché mondial.