Industrie mécanique : un taux d’intégration de 40 % au cours des 5 premières années du lancement du projet

54

Le ministre de l’Industrie, Ahmed Zaghdar a affirmé lundi à Alger que l’Algérie s’oriente vers la création d’une véritable industrie, avec des taux d’intégration allant jusqu’à 40% durant les cinq (05) premières années du lancement de l’activité industrielle notamment dans le secteur de la mécanique et de l’industrie automobile.

Lors d’une conférence de presse à l’occasion de l’inauguration de la 7ème édition du Salon international de la sous-traitance « ALGEST » au Palais des expositions, (Pins maritimes-Alger), en présence du ministre de l’Energie et des Mines, Mohamed Arkab, et du ministre de l’Industrie pharmaceutique, Ali Aoun, M. Zaghdar a annoncé l’élaboration en cours d' »un plan stratégique clair basé sur une véritable industrie pour la relance de toutes les filières industrielles, notamment dans le secteur de la mécanique et de l’industrie automobile, avec des taux d’intégration allant jusqu’à 40% durant les cinq (05) premières années du lancement de l’activité industrielle ».

Dans ce cadre, le ministre de l’Industrie a indiqué qu’une « grande dynamique sera impulsée à l’économie post-industrielle, notamment l’industrie mécanique et automobile, en créant un partenariat gagnant-gagnant et en mobilisant les capacités et les compétences disponibles localement ou en scellant des partenariats étrangers sous la condition de garantir le transfert de technologies ».

M.Zaghdar a également affirmé que « le prix d’achat des véhicules va baisser du fait de la production locale des intrants de ces véhicules à partir des matières premières et de matériaux transformés par des entreprise publiques et privées, tout en intégrant les start-up et les micro-entreprises dans cette activité, soutenus par des entreprises internationales », ajoutant que les prix des véhicules seront « raisonnables » et « accessibles ».

Afin d’atteindre cet objectif, une politique d’encouragement des industries électriques, de réduction de l’importation des produits électriques et de contribution à la réalisation de l’efficacité énergétique a été mise en place, dira le ministre, faisant état de la mise en place d’un nouveau système incluant des mesures incitatives dont l’exonération des droits douaniers et de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) sur les composants et les matières premières importés ou acquis localement par des sous-traitants et producteurs dans le cadre de leurs activités.

S’agissant du secteur de la sous-traitance, M. Zaghdar a rappelé les mesures prises pour accompagner les bourses de sous-traitance et de partenariats dans la mise en œuvre des leurs actions, conformément aux orientations stratégiques du secteur, en sus de la création d’un centre technique de l’industrie mécanique et de l’industrie de la transformation des métaux et du centre technique de l’agroalimentaire et des conglomérats d’industrie visant à améliorer  la compétitivité à travers la réunion de plusieurs industries dans un seul pôle avec tous les intervenants dans la chaîne de valeur industrielle.

Un pôle industriel a été créé dans l’industrie automobile, tous types confondus, les industries électrique, agroalimentaire, du textile et de tannerie, explique le ministre.