Le dernier tronçon de la voie expresse Ghardaïa et Laghouat ouvert à la circulation

20

Le dernier tronçon de près de 7 km de la voie expresse de la RN-1 reliant la sorte Sud de la ville de Ghardaïa aux limites administratives de la wilaya de Laghouat a été ouvert dimanche à la circulation au terme de travaux de dédoublement de voies et de modernisation, a-t-on constaté.

Ce tronçon, qui a été mis en exploitation par les responsables des travaux publics de la wilaya, fait partie du segment de 101 km de la voie rapide en cours de réalisation entre Alger et El-Menea, a indiqué à l’APS le Directeur des Travaux publics de la wilaya de Ghardaïa, Ali Teggar.

Ce segment de la voie expresse, qui doit relier le Nord et le Sud du pays, s’inscrit dans le cadre du schéma directeur de l’aménagement du territoire visant à optimiser les conditions de circulation routière et la sécurité des usagers sur cette route en passe de devenir la voie expresse à dimension continentale, « la transsaharienne ».

Ce projet structurant, qui constitue un catalyseur du développement durable des wilayas du Sud, aura des retombées positives sur les différents aspects de la vie socioéconomique et un appui au développement de cette région du pays, a estimé M. Teggar.

L’enjeu de ce chantier d’envergure est la mise à niveau de cet axe routier important en le rendant conforme aux normes des voies expresses « sur le plan géométrique », par l’élargissement de la chaussée avec des accotements de 2 X 2,5 m et l’éradication de la multitude de « point noirs » sur cet axe ayant à maintes fois été le théâtre d’accidents meurtriers, a souligné le DTP.

L’ouverture de cet axe routier à la circulation tombe à point nommé pour fluidifier la circulation sur la RN-1 et simplifier l’interconnexion entre les villes du nord et le sud du pays, a-t-il ajouté.

Réalisée selon les normes techniques universelles avec des évitements des centres urbains, cet axe routier revêt une importance stratégique pour la wilaya de Ghardaïa, en raison de ses particularités topographiques, et permet de faciliter l’accès aux wilayas du sud, de réduire les frais et durée de transport, notamment des produits agricoles a-t-il noté.

Son tracé permet, en effet, de desservir les grands centres de production, les zones industrielles ainsi que les périmètres agricoles.

Les ingénieurs et techniciens de la DTP étaient chaque jour sur le terrain pour superviser les travaux scindés en plusieurs tranches et confiés à plusieurs entreprises pour un montant estimé à près de 15 milliards de dinars, selon responsables de la DTP.

Cette infrastructure routière a nécessité la réalisation de cinq ponts, d’un passage supérieur, de 29 dalots de 7 intersections avec la RN-49 vers Ouargla, la RN-107 vers Brezina (El-Bayadh), le chemin de wilaya 33 vers Guerrara et le chemin de wilaya 147 vers Daya Ben Dahoua.

Le projet, qui constitue l’ultime étape pour la concrétisation de la route express Nord/Sud ‘’épine dorsale’’ de la dynamique de l’économie nationale et de l’équilibre territorial, doit s’étendre jusqu’à El-Menea sur 260 km.

Dans ce sens les pouvoirs publics viennent de lancer l’étude de modernisation, de renforcement et de dédoublement d’un tronçon routier de la RN-1 sur 260 km entre Ghardaïa et El-Menea, a-t-on fait savoir.

L’étude, qui a été confiée au bureau d’étude « SET-Oran », porte essentiellement sur le dédoublement en 2X2 de la voie de la RN-1 reliant le carrefour giratoire entre la RN-1 et la RN-49 à une trentaine de km de Ghardaia et la ville d’El-Menea, a précisé Ali Teggar. (APS)