Algérie: Le litre de l’essence S/Plomb à 44 dinars ?

167

Le secteur des transports dans sa globalité doit se préparer à une nouvelle période de déstabilisation tout azimut car le gouvernement vient de proposer de fortes augmentations sur les tarifs des carburants, cela dans le cadre de la loi de finances complémentaire de 2020.

En effet, le conseil du gouvernement a institué dans sa proposition au parlement une nouvelle augmentation de la taxe sur les produits pétroliers (TPP) ou assimilés, importés ou obtenus en Algérie. Dans le détail de ces augmentations, le gouvernement demande au parlement de lui valider ce qui suit :
* Augmentation de la TPP de 9 dinars sur le litre du gasoil
* Augmentation de la TPP de 17 dinars sur le litre de l’essence sans plomb et l’essence normal
* Augmentation de la TPP de 16 dinars sur le litre de l’essence super. Maintien de la TPP actuelle sur le GPL/C Pour le gouvernement,

Ces augmentations apportées dans le cadre de cette loi de finances complémentaire constituent un outil efficace de réajustement des prix des carburants en fonction des impacts socio-économiques et budgétaires attendus. A cet effet, il est proposé une augmentation des tarifs des carburants de +3 dinars le litre pour les trois catégories d’essence et de +5 dinars le litre pour le gas-oil.

Avec ses augmentations, le consommateur Algérien devrait réviser ses priorités car désormais la note du budget transport sera élevée. En effet, il faudra désormais s’attendre à ce que le prix du litre d’essence normal sera désormais de 41,94 dinars, celui de l’essence Super facturé à 44,97 dinars le litre alors que Sans Plomb atteindra 44 dinars le litre et enfin le tarif du litre du gas-oil passera quant à lui à 28,06 dinars.

Avec ces différentes hausse des taxes sur les produits pétroliers, le gouvernement table sur des recettes budgétaires supplémentaires, au titre de la période juin-décembre 2020 d’environ 41,5 milliards de dinars, alors que les recettes en matière de TVA sont estimées à 7,9 milliards de dinars. Le gouvernement dans ses justifications de ces hausses spectaculaires met le point sur le prix des carburants très bas en Algérie comparés avec ceux d’autres pays mais aussi la baisse continuelle des cours du brut sur les marchés mondiaux.