Le silence serein de Stephane Galoustian

4318

Participant à l’émission “Question d’actu’’ de Canal Algérie, le directeur général de Renault Algérie a assuré que les négociations avec le gouvernement Algérien avancent bien.

Pas très bavard en termes de nouvelles révélations, Mr.Stephane Galoustian a montré un visage serein en essayant de répondre aux questions de l’animateur notamment sur certains détails techniques du projet de Renault d’installer une usine automobile en Algérie. Ainsi, certaines divergences sont néanmoins apparues entre le représentant de Renault et Mr.Mokhtar Chehboub, représentant du ministère de l’industrie (et PDG de la SNVI) sur les modalités de ce projet. Si pour Mr.Galoustian, le projet n’est pas seulement de lancer une usine automobile mais d’asseoir une industrie automobile commençant par le CKD afin d’arriver au SKD, Mr.Chehboub est plus radical dans son intervention en affirmant que pour la partie Algérienne, le CKD est rejeté. Pour ce dernier, l’objectif de la partie Algérienne est de pousser le constructeur Français à admettre plus d’intégration locale en œuvrant à la mise en place d’un réseau local d’équipementiers (nationaux et étrangers) qui fourniront la future usine d’au moins 50% des pièces demandées.

Mr.Chehboub a expliqué lors de son intervention que la partie Algérienne exige du constructeur, qui sera retenu pour ce projet, 50% de taux d’intégration locale dont un taux de 25% qui sera assuré par les différents équipementiers étrangers et 25% par des sous traitants locaux.

D’autres parts, le représentant de Renault a certifié que les voitures produites dans le cadre du projet d’usine de Renault seront bel et bien labélisées au nom du constructeur, ce qui garantit ainsi une qualité optimal du produit à l’instar des véhicules de la marque produits en Roumanie, au Maroc ou en Turquie. Mr.Chehboub à bien tenu a assurer que le gouvernement Algérien vois le projet du même œil que Renault sur cette question bien précise.

Répondant à une question de l’animateur de l’émission sur les objectifs de production et d’exportation de Renault à travers sa future usine Algérien, Mr.Galoustian a renvoyé le journalistes aux dernières déclarations de Jean-Pierre Raffarin qui dirige les négociation pour la partie Française avant d’ajouter que dans les négociations entre Renault et le gouvernement Algérien, il ya une close de confidentialité qu’il doit respecter à la lettre.

Contrairement à Volkswagen qui n’a eu qu’une seule rencontre avec les représentants du gouvernement Algérien, Renault semble largement bien avancé dans ce processus.