MAN affiche encore sa volonté de se rapprocher de Volkswagen et Scania

2400

MAN, Le constructeur allemand de camions, malgré qu’il ait jugé l'offre de Volkswagen trop peu généreuse, a défendu lundi devant ses actionnaires une coopération plus étroite avec ses homologues Volkswagen et Scania.

Le patron de MAN Georg Pachta-Reyhofen a prôné devant des actionnaires, inquiets pour l’indépendance de l’entreprise, la logique industrielle d’un rapprochement avec Volkswagen. L’idée est de marier MAN à Scania pour en faire un géant mondial des poids lourds.

Le directoire juge toujours le prix de rachat par action proposé par Volkswagen inapproprié au vu de la valeur de l’entreprise et des synergies envisagées. Volkswagen, qui contrôle Scania, espère dans un premier temps réaliser des synergies, principalement dans les achats, évaluées à 200 millions d’euros par an.

Pour contourner les objections des autorités anti-cartel à ce sujet, Volkswagen avait récemment franchi la barre des 30% de MAN. Ce qui l’obligeait selon la loi allemande à déposer une offre publique d’achat (OPA) sur la totalité du capital. Le constructeur a affirmé à maintes reprises ne viser que 35 à 40% des parts de MAN, juste assez pour avoir les coudées franches concernant les synergies. Il a indiqué dans un communiqué lundi qu’il s’attendait à atteindre son but: obtenir une majorité lors des futures assemblées générales de MAN.