Les voitures de moins de 3 ans ont toute leur chance en Algérie

3236

Le marché automobile Algérien connait une situation des plus paradoxales au monde.

Au moment où le marché mondial de l’automobile se cherche encore et ne trouve pas les débouchés espérés pour commercialiser les véhicules neufs, l’Algérie ferme la porte des importations pour freiner les sorties de devises et favoriser l’industrie automobile locale. Sur un autre point, la ruée vers les voitures d’occasions a créé une frénésie jamais égalée en Algérie au point de voir certaines voitures d’occasion cotées plus cheres que les modèles neufs et très bien équipés.

Selon plusieurs sources en Algérie, la pénurie des véhicules neufs à fait flamber les prix des modèles d’occasions à l’image des marques françaises qui ont toujours la cote en Algérie. Ainsi, une Peugeot 406 (année 2004) se vend aux alentours de 1 550 000 dinars environ 13 000 euros ! Une situation juste incroyable pour les professionnels de l’automobile.Ce même modèle s’il est importé d’europe couterais à l’achat environ 3000 euros !

Ce constat est valable sur l’ensemble des marques européennes commercialisées en Algérie au point de voir des Volkswagen Golf 3, Citroën Saxo et autre Renault Clio se vendres à des prix inimaginables sur le marché de l’occasion en Algérie.

Suite à la déclaration du ministre Algérien du commerce de réautoriser les importations des véhicules de moins de 3 ans, le public Algérien se frote les mains et se prépare déjà à une ruée sans précédent vers ce type de modèle afin de casser cette situation utopique et unique dans le monde.

D’autre part, l’Association des Concessionnaires Automobiles Algériens (AC2A) s’intéroge sur l’opportunité de cette décision gouvernementale qui risque de remettre à zero les ambitions d’industrialisation du secteur de l’automobile menés tambour battant par le gouvernement Sellal.