Abdessalem Bouachouareb dicte ses conditions

1811

Annoncé depuis quelques semaines, les négociations sur l’implantation d’une usine du constructeur automobile Peugeot en Algérie ne sont pas aussi simples, à en croire les déclarations du ministre de l’Industrie et des Mines, Abdesselam Bouchouareb.

Le gouvernement va imposer des exigences dans ses négociations avec Peugeot pour l’implantation d’une usine du constructeur français en Algérie qui doit aboutir à un vrai partenariat industriel, a affirmé mercredi à Alger le ministre de l’Industrie et des Mines, Abdesselam Bouchouareb.

« Nous sommes en négociation avec Peugeot. Ce sont des discussions qui ne sont pas simples. Nous sommes aujourd’hui à un stade où on devient de plus en plus exigeants avec le partenaire » français, a déclaré M. Bouchouareb lors d’un point de presse, tenu à l’issue d’une réunion préparatoire de la prochaine tripartite.

S’abstenant de fournir plus des détails sur ces discussions, « suivies de près par le Premier ministre », M. Bouchouareb s’est contenté de déclarer: « nous voulons aller vers un vrai partenariat industriel qui puisse apporter des solutions à la démarche de développement de l’industrie mécanique dans notre pays ».

Il est utile de rappeler que le ministre a eu déjà à révéler en juin dernier que les négociations avec le groupe PSA Peugeot-Citroën en vue de l’implantation en Algérie d’une usine de ce constructeur portaient sur la fabrication de trois modèles à savoir la Citroën C-Elysée, la Peugeot 301 et la Peugeot 208.