Le problème de véhicules bloqués sera réglé prochainement

2278

Le problème de véhicules bloqués dans certains ports, suite à la mise en oeuvre du cahier des charges des concessionnaires automobiles, connaîtra une issue dans les prochains jours, a affirmé jeudi à l'APS le ministre de l’Industrie et des mines, Abdessalam Bouchouareb.

« Il ne s’agit pas de véhicules bloqués (au niveau des ports). Il y a, plutôt, une procédure qui a été mise en place pour les libérer (à). Tout cela va connaître une issue dans les prochains jours », a-t-il souligné en marge d’une séance des questions orales du Conseil de la nation.

Le ministre a tenu à préciser que cette situation concernait un infime nombre de véhicules commandés avant le 15 avril (date de l’entrée en vigueur du nouveau cahier des charges) et dont le paiement a été effectué par une lettre de crédit mais surtout par des remises documentaires (remdoc).

« Pour chaque moyen de paiement, nous allons adopter un mécanisme pour finaliser la procédure d’importation et libérer ces véhicules », a ajouté M. Bouchouareb. Il s’agit également des véhicules commandés par les pouvoirs publics dans le cadre des marchés publics, selon le ministre qui explique cette situation par la « période de transition »  nécessaire pour la mise en £uvre totale de la nouvelle réglementation régissant l’importation des véhicules neufs.

« Il reste un nombre insignifiant par rapport à l’ampleur du volume des importations qui sont en cours de règlement », a-t-il affirmé. Le nombre des véhicules actuellement bloqués est estimé à 4.000 unités qui sont actuellement au port de Jijel, selon des sources du ministère de l’industrie.

Par ailleurs, M. Bouchouareb a fait savoir que son département ministériel se penche, actuellement, avec d’autres ministères dont celui du commerce, sur les mécanismes de mise en £uvre des licences d’importation des véhicules, précisant que ces importations ont été plafonnées à 400.000 unités par an, tel qu’avancé par le ministère du Commerce.

Par ailleurs, dans sa réponse à la séance des questions orales en plénière du Conseil de la nation, le ministre a fait part de projets industriels dans les wilayas du Sud du pays.  Il a cité la réalisation d’une nouvelle usine de fabrication de verre dans la wilaya d’Adrar avec une capacité de 150.000 tonnes/an dans le cadre d’un partenariat public/privé et étranger, ainsi que la réalisation d’une nouvelle cimenterie avec une capacité de 1,5 million de tonne/an.

Dans le même sens, M. Bouchouareb a fait savoir que des études étaient en cours pour des usines de fabrication de verre dans les wilayas de Tamnrasset et d’Illizi. (APS)