Les concessionnaires partagés

2168

Le salon de l’automobile d’Alger qui se tient traditionnellement le mois de mars de chaque année risque fortement de ne pas se tenir cette année, à cause de la conjoncture difficile que traverse le marché de l’automobile local.

Le secteur de l’automobile en Algérie a connu une année 2015 difficile avec une baisse des ventes estimée à près de 26%, avec un global de ventes de 250 000 (chiffres AC2A). Les nouvelles règles instaurées par le gouvernement pour réguler l’activité automobile et au passage baisser la facture d’importation ont placé les concessionnaires automobiles dans une mauvaise position avec des implorations en chute libre ce qui induit une baisse des stocks et de disponibilité dans les showrooms.

Cette situation a contraint certains acteurs automobiles à mettre en suspend leur participation au salon de l’automobile d’Alger 2016 prévu du 17 au 26 mars 2016.

En effet, lors d’une réunion des membres de l’Association des Concessionnaires Automobiles Algériens (AC2A) qui s’est tenue hier, les concessionnaires automobiles ont souligné leurs inquiétudes pour le devenir du secteur, et pour certains, ils estiment que la conjoncture ne permet pas une participation à la prochaine édition du salon de l’automobile d’Alger. Cet avis n’est pas partagé par le reste des concessionnaires qui au contraire insistent sur le fait que l’événement doit être un salon « image », une occasion pour mettre en lumière les différents modèles commercialisés ou qui seront introduits dans les prochains mois.

Aujourd’hui, rien n’est encore tranché et selon certains concessionnaires, il est préférable de parler aujourd’hui d’un report pour une date ultérieure que d’une annulation.

A suivre…