Montage automobile en Algérie : Le gouvernement maintien le floue sur le montage des engins de TP

2616

Le gouvernement Ouyahia a dévoilé la liste des opérateurs économiques autorisés à faire du montage automobile en Algérie. Si la majorité des annonces étaient attendues, il n’en demeure que le opérateurs ayant déposer des projets de montages d’engins de TP (Pelleteuses, Chariots élévateurs…), n’obtiennent pour le moment aucune réponse.

La liste des entreprises autorisées à activer dans le montage de véhicules en Algérie a été dévoilée par le gouvernement. En effet, dix opérateurs sont désormais en conformité avec la loi. Il s’agit de Renault Algérie (Renault-Dacia), Peugeot Algérie (Peugeot- Citroën), Cima Motors Groupe Tahkout (Hyundai), Sovac (Groupe VW) et Nissan Algérie. Avec cette annonce, le gouvernement Ouyahia condamne au chômage les employés de l’unité de montage de véhicules KIA de Batna, qui doit fermé ses portes !

Concernant le segment des camions, les autorités annoncent dans la foulée la liste des entreprises autorisées à assembler en Algérie. Il s’agit du groupe  IVAL Algérie (Iveco), SPA SAVEM (camion ASTRA) filiale du groupe Haddad, Sarl ISRAM des actionnaires Maala et Lamari basée à Batna, Eurl GM TRADE (Shacman, Higer, Chery) du groupe Mazouz, et enfin, la « Société des frères Salhi » spécialisée dans l’importation de matériel, pièces détachées et accessoires. 

Dans cette liste, l’unité de Global Motors Industries (Hyundai Trucks & Bus), y est écartée.

Le gouvernement semble donc avoir mis un terme à plusieurs autres projets ambitieux comme celui du groupe Emin Auto (JAC/JMC), Renault Trucks / Volvo, Fuso (Diamal), Scania, Fiat…