Notre objectif est de vendre 500 camions en 2014

6473

Avec la présentation de la nouvelle gamme Volvo trucks à Abu Dhabi, les ambitions du constructeur en Algérie sont revus à la hausse. Pour l'année 2014, M.Petitjean nous a assuré que le distributeur Algérien du constructeur suédois s'est fixé comme objectif de commercialiser 500 nouveaux camions.

– Volvo Trucks vient de présenter officiellement à Abu Dhabi sa nouvelle gamme pour les marchés Moyen Orient et Afrique du Nord. Quand comptez-vous introduire ces nouveaux modèles en Algérie et quelles sont vos attentes commerciales ? 

– Nous avons convenu avec notre partenaire local Altruck Company « Filiale du groupe Hasnaoui » d’introduire la nouvelle gamme de camions au second semestre 2014. Nous avons beaucoup d’attentes du marché Algérien, il sera selon nos estimations au même niveau que l’année 2013. Le marché va se redynamiser probablement au milieu du second trimestre de l’année après les élections présidentielles. 

Le dynamisme que connais le marché Algérien et l’arrivée d’une nouvelle gamme de camions Volvo innovantes, apporte un plus par rapport à la concurrence et profitera forcément pour la marque et cet avantage concurrentiel, nous allons l’exploiter bien évidemment. L’objectif à court terme est de renforcer nos positions en Algérie et de dépasser rapidement les 11%  de parts de marché que nous détenons aujourd’hui pour ensuite prétendre à une hausse significative de notre présence et faire partie des trois premiers du podium.  

– Volvo Trucks qui est distribuée en Algérie par un importateur local évolue en parallèle avec une autre marque du groupe, Renault Trucks en l’occurrence qui est commercialisée à travers une filiale. Ne penses-vous pas que cette situation risque de favoriser une marque par rapport à une autre dans un marché à forte concurrence ?

– On n’est pas dans cette phase de réflexion. Je pense que chaque marque a son histoire, chaque marque déroule effectivement sa stratégie, on a deux marques qui sont complètements différentes en termes d’image, elles s’adressent a des clients qui sont souvent différents, donc les deux aujourd’hui peuvent très bien prospérer et se développer sans que forcément avoir une nuisance entre l’une et l’autre.  

Une fois de plus, on a bien une typologie de deux marques qui sont différentes donc je pense qu’il y a de la place pour que chaque marque prospère sur le marché algérien. 

– Quelle est la place du marché Algérien dans la région du Maghreb pour Volvo Trucks ? 

– L’Algérie est pour nous le plus grand marché pour les marques Européennes dans le Maghreb estimé à 8000 véhicules par an (plus de 16 Tonnes). Le pays représente la moitié du total du marché, le plus gros marché de la région du Maghreb avec un potentiel de développement important, car faut-il le signaler, ce chiffre concerne uniquement les marques européennes et n’oublions pas que le reste du marché est très important, notamment pour les marques Asiatiques qui je pense va se structurer et évoluer avec le temps dans un secteur de transport qui se professionnalise. 

On aura de plus en plus de clients traditionnellement orientés vers les camions astiques, notamment Chinois, qui vont basculer vers les marques européennes, parce que les attentes et les exigences sont différentes. Je pense que le marché Européen a un bel avenir devant lui et nous comptons jouer avec Volvo Trucks un grand rôle en se positionnant sur l’une des trois premières places du podium. 

– La loi de finances 2014 indique que les concessionnaires automobiles exerçants en Algérie sont appelés à investir dans un délai de trois ans dans une activité industrielle. Qu’elle est votre commentaire à ce sujet ?

– Oui, on sera prêts à cela mais l’objectif c’est déjà de connaitre les modalités d’applications de ce texte. Effectivement, il y a une volonté de vouloir localiser les productions sur le marché donc ensuite qu’elles seront les modalités, les règles ! il y a beaucoup d’aspects qui restent  à approfondir sur la notion d’intégration locale, de quel type d’assemblage s’agit-il (CKD, SKD ou industrialisé d’une manière avancée) ? Il y a beaucoup de questions évidement à soulever.

Ensuite dans tout les cas et quelques soit la finalisation du texte et son décret,  nous trouverons la solution pour pouvoir répondre à ses évolutions réglementaires comme nous le faisons dans beaucoup de territoires. Pour mémoire sur la région Maghreb, nous avons déjà deux usines qui font de l’assemblage une Tunisie pour Volvo Trucks et une usine au Maroc qui assemble des camions du groupe. On sait faire, le groupe Volvo a beaucoup d’usines à travers le monde, donc en sait trouver une réponse industrielle et gérer un cadre réglementaire qui évolue. 

– Si l’occasion se présente, allez-vous développer le projet avec votre partenaire local ?

– Encore une fois on ne le sait pas encore. C’est beaucoup trop tôt, on fera les choses selon les éléments d’information que nous auront, on verra ensuite comment trouver une réponse appropriée. Je dirai que tout est possible.

 – Quels sont vos objectifs pour l’exercice commercial 2014 ? 

– Nous ambitionnons d’écouler 500 camions en 2014 dans un marché qui devrait rester soutenu et qui nous permettra de renforcer notre position. Il y a des signes très positifs sur l’avenir du marché local, notamment sur le fait que notre partenaire local « Altruck Company » est en phase de finaliser de très beaux contrats.  

-Volvo s’appuie sur le segment des Tracteurs en Algérie. Allez-vous diversifier votre portefeuille clients en vous attaquant aux autres segments notamment avec les nouveaux camions Volvo de la gamme distribution et chantier ?

-Je pense que le marché est suffisamment vaste pour travailler sur tous les secteurs, après, il faut adresser le bon produit au bon client, l’idée c’est de se diversifier et d’offrir le panel le plus large possible à nos clients. 

C’est vrai qu’il y a la construction et la longue distance mais je dirai qu’il y a aussi d’autres secteurs où on peut vendre et que la gamme qu’on peut présenter aujourd’hui peut trouver écho. 

– Dans la vie d’une marque automobile, le renouvellement de la gamme de véhicules est un événement qui requiert une importance capitale, plus encore lorsqu’il s’agit d’un constructeur de véhicules utilitaires et industriels. Comment avez-vous vécu cet événement et la journée de lancement de la nouvelle gamme de camions Volvo organisée à Abu Dhabi ?

– Faire partie d’un groupe mondial et puissant tel que AB Volvo est en soi un privilège pour moi. Assister et participer à un événement majeur de la vie d’une marque est une chose qu’on vit qu’une seule fois dans une carrière professionnelle, c’est le cas aujourd’hui pour moi et je suis très content. 

Le renouvellement de la gamme Volvo Trucks « FH, FE et FMX » est un événement d’une très grande  importance pour la marque. Présenter et faire essayer ces nouveaux camions aux clients des régions Afrique du Nord & Moyen Orient à Abu Dhabi dans le circuit de Formule 1 Yas Marina est aussi une première, un avantage qui permet à ses derniers de découvrir les performances des camions testés dans des conditions extrêmes.