une nouvelle stratégie pour se développer

2913

La Société nationale des véhicules industriels (SNVI) s'attelle depuis 2010 à renforcer sa compétitivité à travers le partenariat et à renouer avec sa tradition d'entreprise exportatrice notamment vers des pays africains, a indiqué samedi à Alger le PDG de la société, M. Hamoud Tazerouti.

« Depuis que la société avait bénéficié en 2010 d’un ambitieux plan d’investissement, nous œuvrons à consolider nos parts du marché national et à relancer nos exportations  notamment vers d’anciens clients arabes et africains », a-t-il expliqué dans un entretien accordé à l’APS à l’occasion du cinquantième anniversaire de l’indépendance.        

Doté d’une enveloppe financière de 12,5 milliards de DA, le plan d’investissement permet à la société de renforcer sa compétitivité notamment par l’acquisition  d’équipements modernes. M. Tazerouti a, à ce propos, annoncé que la SNVI exportera « prochainement » une cinquantaine de bus vers la Guinée Bissau pour une valeur globale de 6,6  millions d’euros.        

« Nous avons signé un accord avec les autorités de la Guinée Bissau en février dernier pour leur fournir une cinquantaine de véhicules industriels, construits par nos unités, d’un montant global de 6,6 millions d’euros », a-t-il  expliqué. La livraison de ces véhicules, de type autocars « Safir » et minibus « L25 »,  commencera dès que la Guinée Bissau obtiendra un crédit de la Banque islamique  de développement (BID).        
M. Tazerouti a fait savoir, par ailleurs, que la SNVI avait exporté en 2011 une trentaine de camions, d’une valeur de 1,6 million d’euro, vers le Mali, un de ses traditionnels clients étrangers du groupe. « Nous avions réussi à reconquérir le marché Mali en décrochant en 2011 un contrat avec l’armée malienne, mais la situation qui règne dans ce pays a  gelé la reprise d’activité », a-t-il déploré. Des véhicules ont même été exportés vers la France …          

Ces opérations d’exportations sont, a-t-il dit, les résultats d’un  programme spécifique lancé en 2010 par la SNVI dans le but de reconquérir le  marché international, après une longue absence qui remonte aux années 1990.

Héritière de la SONACOME, la SNVI avait une longue tradition dans l’exportation. Elle comptait un important portefeuille de clients étrangers notamment africains et arabes comme la Tunisie, la Libye, la Mauritanie, le Maroc, le Sénégal, le Gabon, la Zambie, le Congo, le Niger, le Mali et l’Irak. Les véhicules de la SNVI ont même été exportés vers la France et la  Russie durant la décennie 1980 et le début des années 1990. Le montant des exportations effectuées par la SNVI entre 1986 et 2011 est d’environ 160 millions de dollars, a-t-il précisé. Concernant le rôle de la SNVI dans le développement de l’industrie automobile en Algérie, M. Tazerouti a affirmé que l’entreprise était prête à relever ce défi pour satisfaire, à la fois, une forte demande locale et réduire le coût des importations de voitures qui ont pris ces dernières années des « proportions  inquiétantes ».