Vers un modèle homogène et unifié

2601

Une journée d’études a été organisée, hier, par le centre national de la prévention et de la sécurité routière, au ministère des transports. Cette dernière a été consacrée à la présentation de l’étude, réalisée conjointement par l’université de Mostaganem et les services de la sûreté et de la gendarmerie nationale, dans le cadre d’un projet visant la mise en place d’un système d’information national sur les accidents de la circulation. (Par M.Mohamed)

Au cours de cette rencontre à laquelle ont assisté des représentants de la direction de la recherche et  du développement technologique, de l’université de Mostaganem, d’Algérie Telecom,  ainsi que des cadres du ministère, les différents acteurs de la prévention et de la sécurité routière ont mis en exergue l’importance de ce projet de collecte d’informations sur les accidents de la route qui  restent parmi les premières causes de mortalité en Algérie.

A noter que durant les onze mois de l’année en cours,  4.282 tués et 60.876 blessés dans des accidents de la route sont signalés, enregistrant des hausses respectives de  3,16% et 1,42%  par rapport à 2008.
   
Intervenant dans ce sens, le directeur des transports urbains et de la circulation routière au niveau du ministère des transports,  M. Messaoud Nacer Tahar, insistera sur l’intérêt de ce projet qui permettra d’uniformiser la collecte de données sur les accidents de la route qui constitue un premier pas pour apporter la thérapie susceptible d’endiguer  ce fléau. Il précisera, en effet,  que le système actuel qui  s’articule sur les PV des services de la gendarmerie et la sûreté nationale,  fait aujourd’hui, que  ce même système de collecte de données diffère selon l’autorité  qui l’a adopté.

Il s’agit désormais, selon M. Messaoud Nacer,  d’homogénéiser les informations et données collectées pour pouvoir examiner un modèle pratique et utilisable par les différents acteurs de la sécurité routière. Cette étude qui  s’attellera donc, à élaborer une fiche pour le recueil de données sur ce fléau est fondamentale d’autant  plus que  les facteurs  de risque ne se limitent pas seulement au seul facteur humain.

Le directeur des transports urbains et de la circulation au ministère des transports, estimera que l’élaboration d’un fichier des infractions des accidents de la route  nécessite un maximum d’informations qui doivent être examinées, sachant que les données sont collectées différemment en terme de périodicité mais aussi des canevas des informations. Il rappellera  également qu’il existe  une infraction  derrière un accident, dans 9 cas des  accidents enregistrés, relevant une interaction entre les facteurs  entrainant les accidents, à commencer par l’usager, le véhicule, en passant par l’état des routes.

S’exprimant sur le durcissement du code de la route, à la faveur des dispositions adoptées récemment, il dira que les nouvelles mesures sont à même de diminuer les accidents, d’autant plus qu’elle introduit des sanctions effectives et immédiates, à savoir le retrait des documents du  véhicule du contrevenant.