Automobile Algérie : voici certaines conditions de l’importation des véhicules moins de 3 ans

98

Avec l’annonce d’autorisation d’importation de véhicules d’occasion, les autorités algériennes préparent actuellement un décret pour encadrer cette activité. Selon le média Echourouk, il n’y aura aucune contrainte concernant le pays de provenance du véhicule, toutefois il faudrait que la procédure d’importation respecte les conditions légales et réglementaires mises en place pour le gouvernement algérien.

Après l’annonce de l’autorisation d’importation de véhicules d’occasion de moins de trois ans, les citoyens algériens attendaient avec impatience, les conditions et réglementations qui seront mises en place par le gouvernement algérien. En attendant, la publication du décret qui est actuellement en préparation, on en sait déjà certaines informations concernant ces conditions.

En effet, selon le média local Echourouk, les autorités algériennes ne mettront pas de contraintes concernant le pays de provenance du véhicule. Il sera ainsi possible d’importer des véhicules d’occasions de Tunisie, Libye, et d’autres pays européens ou asiatique, tout en respectant les règles mises en place par le gouvernement pour encadrer cette activité.

Il faudra ainsi s’acquitter des droits de douane avec un taux appliqué compris entre 20 à 25 % de la valeur du véhicule. Un véhicule qui vaut ainsi 10 000 euros, générera des droits de douanes allant de 2 000 à 2500 euros. Aussi, il est utile de préciser que c’est le taux de change officiel de la banque qui sera pris en considération et non celui du marché parallèle.