Mahdjoub Bedda placé sous mandat de dépôt

549

Accusé d'accorder des privilèges indus au propriétaire de la marque Kia, Hacène Arbaoui, l'ancien ministre de l'Industrie et des Mines, Mahdjoub Bedda, a été placé sous mandat de dépôt aujourd'hui.

Avec 14 autres personnes, l’ancien ministre est la cible d’accusations graves dans le cadre d’une enquête judiciaire à son encontre. Ses accusations portent sur des crimes liés aux « blanchiment d’argent et transfert de biens obtenus par des faits de corruption », et « bénéfice du pouvoir et de l’influence des agents de l’Etat durant l’établissement de contrats et de marchés » et « dilapidation des deniers publics » selon l’APS, qui a rapporté l’information.

Selon la même source, ces crimes portent également sur « la participation à la dilapidation et à l’utilisation de fonds de banque », « abus de fonction intentionnel à l’effet d’accorder d’indus privilèges à autrui », et « exercice d’une activité professionnelle par un agent public dans une entreprise qu’il est chargé de contrôler et conclusion de marchés avec la même entreprise dans un délai inférieur à deux (2) ans ».

En plus de l’ancien ministre, il est indiqué que l’homme d’affaires Hacène Arbaoui et deux de ses frères, cinq fonctionnaires du ministère de l’Industrie et des Mines, le directeur général de la Banque nationale d’Algérie (BNA), deux anciens directeurs de deux entreprises publiques, un chef de département au sein d’une entreprise publique et le président actuel d’une APC ainsi qu’un commerçant sont aussi concernés par cette enquête.