Véhicules d’occasion : vers l’importation de voitures de – 5 ans exclusivement à moteur essence

126

Les membres de la Commission des finances et du budget à l’Assemblée populaire nationale (APN) ont appelé, dimanche, à la nécessité de porter à 5 ans au lieu de 3 ans l’âge des voitures d’occasion importées, et ce dans le cadre de la mesure prévue dans le projet de loi de finances (PLF) 2020.

Intervenant au terme de l’audition du ministre du Commerce, Saïd Djellab dans le cadre du débat autour du PLF 2020, plusieurs députés ont affirmé que l’augmentation de 3 à 5 ans de l’âge des voiture était une « revendication des citoyens », la voiture étant devenue aujourd’hui « une nécessité et non plus un accessoire ».

« Les citoyens se plaignent de la limitation à 3 ans de l’âge des voitures d’occasion. Nous le sommes tout autant car il y a consensus quant à l’infructuosité de la mesure », a affirmé un des membres de la commission.

D’autres députés ont proposé d’autoriser l’importation des voitures roulant au diesel, arguant dans ce sens que les unités d’assemblage de voitures en Algérie produisent elles aussi des véhicules à motorisation diesel.

Des membres de la Commission ont appelé à imposer une réduction des prix des voitures montées en Algérie et à la révision du cahier des charges pour « ne plus être dans le besoin d’importer des voitures d’occasion ».

Répondant à ces interventions, le ministre du Commerce a indiqué que l’importation des voitures touristiques de moins de trois ans par les citoyens sur fonds propres conformément aux dispositions prévues dans le PLF 2020, était une « première étape », les pouvoirs publics devant étudier par la suite les résultats de cette opération.

S’agissant de l’importation des voitures roulant au diesel, M. Djellab a affirmé que « l’importation exclusivement de voitures à moteur essence est une question tranchée et irréversible ».