Les poids lourds de demain seront des véhicules ultra légers

3280

Dans un souci de réduction des coûts d’utilisation et de consommation de carburant, les ingénieurs du groupe Volvo viennent de mettre en œuvre un nouveau procédé industriel permettant de produire des camions plus légers malgré une charge utile inchangée. (Par M.Mohamed)

Le constructeur, dans un communiqué, annonce avoir mis en place une nouvelle méthode de production de camions poids lourds. Cette dernière permettra d’élaborer des camions ultra légers sans toutefois affecter leur capacité de chargement et de traction.

Volvo Trucks ajoute qu’au final, les coûts d’utilisation et de consommation de carburant enregistreront une baisse significative et par conséquent, des rejets de dioxyde de carbone. Il est à noter que le
procédé industriel en question a été appliqué avec succès aux composants de moteurs d’avion de Volvo Aero. Les ingénieurs d’AB Volvo vont faire appel à cette technologie pour réduire le poids de la cabine et du châssis des véhicules lourds d’au moins 20 % d’ici dix ans.

« Nous travaillons actuellement à la création d’un véhicule ultra léger au moyen d’ordinateurs permettant de simuler des centaines de milliers de modifications mineures du design afin de déterminer de quelle manière elles peuvent réduire le poids total du véhicule sans affecter ses autres caractéristiques principales, telles que sa résistance aux chocs et sa capacité de chargement », explique Carl Fredrifaire Hartung, Chef de projet chez Volvo Technology.

Un véhicule plus léger, qu’il s’agisse d’un camion ou d’un bus, peut être animé par un moteur plus petit. Si ce même véhicule est équipé d’un moteur fonctionnant avec un carburant renouvelable ou d’un système hybride associant un moteur diesel et un moteur électrique, cela permet de réduire encore plus la consommation de carburant et, par conséquent, les rejets de dioxyde de carbone, avance le communiqué de
Volvo Trucks.

Sur le volet de la rentabilité d’une telle options chez Volvo Trucks, M. Carl Fredrik Hartung indique qu’il « est important de réaliser des simulations sur ordinateur et de normaliser le processus de fabrication afin que la production de véhicules plus légers soit suffisamment rentable pour permettre leur commercialisation » avant d’ajouter : « Nous avons bien progressé mais il reste encore beaucoup à faire avant que les premiers véhicules ultra légers ne fassent leur apparition sur les routes ».